Alexis Corbière déplore à nouveau "les consignes données à la police"

Alexis Corbière déplore à nouveau "les consignes données à la police"

INTERVIEW - Invité de LCI ce vendredi, le député de Saint-Denis a exprimé son soutien à la police tout en dénonçant le fait qu'elle ait parfois une "attitude préoccupante dans son rapport avec la population".

Une police avec des failles. Invité de LCI ce vendredi, Alexis Corbière a tenu à rendre hommage au policier tué mercredi à Avignon. "Je comprends l’émotion de la police et de la population. J’adresse un salut à tous les collègues et à la famille des policiers assassinés", déclare-t-il, faisant aussi référence à l'attentat de Rambouillet. "Il faut avoir une forme de recueillement", ajoute le député de la France Insoumise qui reconnaît un problème global d'insécurité. "Beaucoup de gens sont inquiets", souligne l'élu. 

Le parlementaire insoumis évoque ensuite longuement la police, son travail et ses éventuels dysfonctionnements. "La police fait un travail difficile, voit ses conditions de travail parfois détériorées", argue-t-il. "Dans certains quartiers, les policiers travaillent avec des voitures qui ne fonctionnent pas toujours, dans des préfabriqués absolument dégoûtants".

Toute l'info sur

L'interview Politique

 "On doit aux policiers, je ne sais pas combien d’heures supplémentaires qui n’ont pas été payées", se désole l'élu de Saint-Denis qui assure vouloir"aider" les forces de l'ordre. 

Une attitude parfois "préoccupante" avec la population

Toutefois, au-delà de ce constat d'une police aux moyens insuffisants, Alexis Corbière estime qu'il "arrive aussi parfois que la police ait une attitude préoccupante dans son rapport avec la population". Dans certains cas, "quand des gens viennent manifester pacifiquement, ils se font éborgner parce que des consignes sont données pour utiliser des techniques comme le LBD", illustre-t-il fustigeant aussi le recours à la méthode "dite du pliage". 

"À l’occasion de la mobilisation des Gilets jaunes, les consignes données à la police ne semblent pas républicaines : réprimer rudement, blesser des gens dans leur chair…", déplore-t-il encore.

Lire aussi

Un état des lieux qui fait dire au député qu'il "faut une police, mais il faut qu’elle soit toujours républicaine". "Les policiers ne sont pas des barbares, personne ne le croit. Par contre, ce qui est barbare, c'est de banaliser le fait de blesser des gens", assène-t-il avant de conclure : "On veut une meilleure police." 

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique d'Elizabeth Martichoux

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCACST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque matin Elizabeth Martichoux reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 9000 patients hospitalisés, une première depuis le 17 septembre

EN DIRECT - Migrants : "Des méthodes pas sérieuses", lance Emmanuel Macron à Boris Johnson... qui assume sa lettre

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Port du masque : voici les lieux où vous allez devoir le remettre

Pass sanitaire : la validité des tests PCR réduite à 24 heures

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.