Alliance avec le FN : pour Virginie Calmels (LR), la position de Thierry Mariani est "isolée"

Politique
DROITE-FN - Invitée du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, la première vice-présidente des Républicains a rejeté la proposition de l'ancien député LR Thierry Mariani de passer des alliances avec le Front national. "Il n'y aura pas de porosité" avec l'extrême droite, assure-t-elle.

"Il n'y aura pas de porosité avec le FN." La première vice-présidente des Républicains Virginie Calmels a répondu, dimanche au Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, à la proposition polémique de l'ancien ministre et député LR Thierry Mariani. Ce dernier propose, dans le JDD, que la droite passe des alliances avec le Front national afin de remporter les élections à venir. 


"Thierry Mariani n'est pas le président de notre famille, il ne fait pas partie de l'équipe dirigeante. C'est une prise de position isolée", a martelé l'adjointe au maire de Bordeaux, Alain Juppé, qui co-dirige les instances de LR sous l'autorité de Laurent Wauquiez. "Il n'y aura pas d'accord avec le FN", a-t-elle ajouté, estimant qu'il faut "être cohérent avec soi-même" est que c'est plutôt à Thierry Mariani de se questionner sur son choix de rester au sein de la droite. 

"Le FN est une impasse"

"Peut-on arriver au pouvoir tout seul ? Peut-on constituer une majorité sans alliés ? La réponse est non", estimait Thierry Mariani dans le JDD. Pour Virginie Calmels, "les Français auront vu et compris lors du débat de la présidentielle que le FN est une impasse et que Madame Le Pen ne démontre pas sa capacité à gouverner". "Je ne connais pas Marion Maréchal-Le Pen, j'ai vu une femme jeune, talentueuse, mais digne héritière de la famille avec le patronyme qu'elle a", a ajouté l'élue LR à propos des ambitions prêtées à la petite-fille de Jean-Marie Le Pen. "C'est à elle de déterminer sa ligne. Nous avons des convictions qui ne sont pas les mêmes. 


Pour la vice-présidente LR, Laurent Wauquiez "n'a pas besoin d'aller puiser son inspiration au FN". Pour autant, précise-t-elle, la droite ne doit "pas laisser au FN le monopole des questions majeures comme l'immigration". "Si le FN dit qu'il fait beau, on devrait se priver de le dire ?" a-t-elle ajouté, soucieuse de parler "aux 11 millions d'électeurs du FN qui ne sont pas des fascistes mais des laissés-pour-compte des politiques menées". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

LR : le clash entre Laurent Wauquiez et Virginie Calmels

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter