Allocation de rentrée scolaire : le tweet très polémique d'un conseiller municipal Les Républicains

Politique
RENTRÉE POLITIQUE – Bertrand Duc, conseiller municipal Les Républicains à Reims, a ironisé ce mardi, jour de versement de l'allocation de rentrée scolaire, sur la préparation des rayons TV et Hi-Fi des grandes surfaces. A droite, ils sont nombreux à suggérer que l'ARS est utilisée pour acheter des écrans plats. Un détournement "avéré" pour l'élu de Reims.

Signe que la rentrée approche, les petites polémiques politiques sont de retour. Au même moment l’an dernier, il y avait celle lancée par Nadine Morano et la femme voilée à la plage . Cette année, la droite remet le couvert en surfant sur un de ses thèmes de prédilection : l'assistanat.

En ce jour de versement de l’ARS, l’allocation de rentrée scolaire, c’est le conseiller municipal Les Républicains de Reims Bertrand Duc qui s’y colle, en dénonçant, aidé par le député Edouard Courtial qui en a fait sa marotte depuis presque dix ans , l’utilisation de ladite allocation pour acheter du matériel Hi-Fi et des télés (ce qui vaut d’ailleurs à cette allocation d’être surnommée par une partie de la droite la "prime écran plat"). Le conseiller municipal le sous-entend dans un tweet publié ce mardi matin.

EN SAVOIR + >> Nadine Morano s'en prend à une femme voilée sur la plage

Pour mémoire, l’allocation de rentrée scolaire est une aide versée par la CAF, qui peut atteindre 400 euros selon les revenus du ou des parents et l’âge des enfants. Depuis 2014, l'attestation de scolarité n’est plus demandée pour les enfants âgés de 16 à 18 ans.

À LIRE AUSSI
>> Votre rentrée scolaire vous coûte trop cher ? Voici où vous pouvez dépenser moins
>> Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée mardi par la CAF : y avez-vous droit ?

L'ARS dévoyée ? Non, dit la CAF

L’idée que cette allocation serait détournée de son usage premier n’est pas nouvelle. Fin 2011, elle avait même été à l’origine d’une opposition très virulente entre Audrey Pulvar, alors compagne d’Arnaud Montebourg, et Laurent Wauquiez, ministre de l’Enseignement supérieur, sur le plateau d’"On n’est pas couché," rappelle Le Monde .

Une idée dont les fondations sont pourtant très, très fragiles, comme le souligne le Huffington Post . D’après une étude de la CAF publiée en 2002, vêtements et matériel scolaire représentent les principaux achats pour 90% et 85% des familles. L’étude écrit même que les dépenses non liées à l’enfant sont "marginales".

Face à la polémique naissante, l'élu Les Républicains s’est empressé d’éteindre le feu qu’il avait lui-même allumé, sur Twitter, en fin de matinée : "Pour clore toute polémique stupide, je conteste pas le bien-fondé de l'ARS mais son utilisation à d'autres fins que fournitures ou habits."

Un détournement "avéré" pour l'élu

Contacté par metronews, l'élu n'en démord pas : il y a bien un détournement de l'allocation. "C'est avéré", assure-t-il. Et de citer ses sources : "Il y a pas mal de personnes qui utilisent l'ARS pour acheter autre chose que des fournitures scolaires ou des vêtements. Un certain nombre de personnes qui travaillent en grandes surfaces le disent. J'en ai également entendu parler dans mon entourage", précise très sérieusement l'élu, avant d'écarter d'un revers de main les études de la CAF. Au téléphone, il reconnaît toutefois une maladresse dans son premier tweet, et accuse Twitter et ses 140 signes : "Ça ne concerne évidemment pas l'ensemble des bénéficiaires de l'ARS mais un petit groupe", qu'il assure être "de toute origine. Ça peut être tout bénéficiaire".

"Je ne comprends pas la polémique sur ce sujet", feint l'élu avant de clore la discussion. Une polémique ancienne qu'il aura pourtant alimentée, avant de tenter de l'éteindre. Un coup de com’ à l’approche de la rentrée ? Assurément.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter