Allocution présidentielle : de quoi Emmanuel Macron va-t-il parler ce dimanche soir ?

Ce dimanche soir, le président de la République va s'adresser à la population. Adrien Gindre nous détaille les grandes lignes de cette allocution.
Politique

SORTIE DE CRISE - Emmanuel Macron doit prononcer, ce dimanche à 20 heures, sa quatrième allocution télévisée depuis le début de la crise sanitaire. Le chef de l'Etat devrait avant tout défendre les mesures pour la relance.

Il ne s'était pas exprimé solennellement devant les Français depuis le 13 avril, lorsqu'il avait donné les premières perspectives de sortie du confinement. Alors que la France prépare la troisième phase de son déconfinement à partir du 22 juin - fin de l'état d'urgence sanitaire -, Emmanuel Macron prononcera, ce dimanche 14 juin à 20 heures, sa quatrième allocution télévisée depuis le début de la crise sanitaire. 

"L'expression de dimanche sera l'occasion pour le président de la République d'une mise en perspective de la crise et d'une pédagogie des mesures prises par le gouvernement pour y faire face", a indiqué l'Elysée à LCI mercredi après-midi. Attendu plutôt au mois de juillet, le président a toutefois estimé qu'il serait trop tard pour revenir sur la gestion sanitaire.

Les mesures économiques et sociales au menu

Le chef de l'Etat devrait ainsi se livrer à un exercice d'explication des mesures d'urgence déjà prises pour relancer un pays bouleversé par la crise sanitaire, l'Elysée précisant qu'il sera tout particulièrement question du "volet économique et social" de cette reprise, l'emploi - le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a parlé mercredi de 800.000 chômeurs en plus -, les plans pour les filières sinistrées mettant en jeu des dizaines de milliards d'euros, mais également la stratégie de relance européenne poussée par le binôme franco-allemand. Il s'attachera à donner un sens à ces dépenses. 

Lire aussi

Emmanuel Macron devrait aussi revenir sur la gestion de la crise sanitaire au cours des trois mois écoulés, alors que deux commissions d'enquêtes sont lancées au Parlement, ainsi qu'une commission "indépendante" souhaitée par l'exécutif, et que plusieurs dizaines de plaintes sont enregistrées sur le plan judiciaire. L'idée du président de la République étant de dresser un bilan sur les forces mises en oeuvre tout au long de ces trois mois mais aussi de regarder les faiblesses apparues dans la gestion de la crise.  

Attendu sur les mesures à court terme

Le discours du chef de l'Etat est particulièrement attendu sur une possible accélération des mesures de déconfinement à compter du 22 juin. Alors qu'un nouveau conseil de défense se tient vendredi, des secteurs comme la restauration - dans les zones dites "orange", où les restrictions demeurent -, les cinémas ou les salles de spectacles, espèrent pouvoir accueillir plus vite que prévu le public. L'Elysée prévient toutefois que le déconfinement ne sera pas le "propos principal" du discours.

Des voix s'élèvent également pour alléger le protocole sanitaire qui empêche un retour massif des élèves à l'école, à quelques semaines seulement des congés d'été. En outre, l'intervention d'Emmanuel Macron intervient alors que sont attendus les derniers arbitrages sur l'organisation du second tour des municipales le 28 juin, et la possible réouverture des frontières nationales à l'espace Schengen. 

D'autres sujets évoqués ?

S'il entend évoquer le nouvel équilibre des pouvoirs et une plus grande considération des corps intermédiaires et avoir un mot pour les ambitions écologiques d'après crise, Emmanuel Macron ne devrait toutefois pas se projeter à plus long terme, le gouvernement étant à l'oeuvre pour présenter un plan de relance globale d'ici l'été, malgré les pressions dans ce sens dans l'opposition. Le chef de l'Etat doit "nous conduire sur les chemins du retour de la confiance", a ainsi estimé le président LR du Sénat Gérard Larcher, jeudi sur France 2. Pour ce dernier, "l'ambiance n'est pas bonne dans ce pays", et "le président de la République est le garant de la cohésion de la Nation"

Certaines voix dans l'opposition appellent d'ailleurs le chef de l'Etat à ne pas se cantonner au sujet de la sortie de crise lors de son allocution. "J'espère qu'Emmanuel Macron aura d'autres choses à nous dire que simplement nous annoncer que l'état d'urgence sanitaire est levé, et qu'il engagera cette bifurcation nécessaire vers un autre modèle de société", a jugé sur BFMTV le député LFI Adrien Quatennens. "J'attends qu'il traduise dans les actes les mots qu'il avait prononcés lors de sa dernière allocution, il avait parlé de se réinventer." 

Toute l'info sur

Les défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

A droite comme à gauche, le chef de l'Etat est appelé à se prononcer également au sujet des manifestations antiracistes qui ont lieu actuellement dans le pays, sur fond de débat autour des forces de l'ordre. Le sénateur LR Bruno Retailleau attend ainsi de lui "un langage de fermeté" et une réaffirmation de "l'autorité de l'Etat", tandis que le patron d'EELV Julien Bayou espère entendre "la reconnaissance d'un problème de racisme dans la police".

Emmanuel Macron va-t-il également s'exprimer sur ces sujets ? "Le but n'est pas de réagir à l'actualité brûlante", prévient l'Elysée. "Il évoquera le racisme, la jeunesse, sans y consacrer trop de place non plus. Il parlera de la République".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent