Malgré sa promesse, Emmanuel Macron n'ira pas au Congrès des maires de France

Malgré sa promesse, Emmanuel Macron n'ira pas au Congrès des maires de France

Politique
ABSENCE - Alors que les tensions restent vives entre l'Etat et les collectivités, le président de la République a rompu son engagement de se rendre chaque année au Congrès de l'association des maires de France (AMF). Il s'exprimera la veille à l'Elysée devant le bureau de l'AMF et plusieurs centaines de maires à l'Elysée, une décision que critiquent de nombreux élus.

L'année dernière, à la même époque, Emmanuel Macron avait fait une promesse à l'association des maires de France (AMF). "Je m'engage à une chose, si vous l'acceptez, c'est venir chaque année rendre compte des engagements que je viens de prendre parce que c'est cela l'esprit de responsabilité dans la République". Les élus s'attendaient donc à la venue du Président pour cette nouvelle édition du Congrès de l'AMF. Raté, c'est finalement le Premier ministre Edouard Philippe qui s'y rendra pour prononcer le discours de clôture. 


Comment l'expliquer ? Déjà, l'année dernière, les relations entre les maires et le président étaient tendues, dans un contexte de baisse des budgets et de suppression de la taxe d'habitation. Emmanuel Macron avait dû essuyer huées et sifflets à son arrivée. Aujourd'hui, les relations ne se sont pas beaucoup améliorées avec les collectivités. Communes, départements et régions reprochent à l'exécutif des décisions trop verticales et s'estiment lésés par les réformes des aides sociales et des impôts locaux.


L'AMF a même lancé le 26 septembre un appel de Marseille contre l'ultracentralisation. Les maires sont dans "une logique de revendication et de négociation", a affirmé la semaine dernière François Baroin, le président de l'association, évoquant des "tensions assez fortes" sur les pactes financiers Etat/collectivités pour réduire les dépenses ou la compensation pour les communes de la suppression de la taxe d'habitation.

Une invitation à l'Elysée mais des critiques

Pour combler cette absence, le chef de l'Etat a invité à l'Elysée le bureau de l'AMF et plusieurs centaines de maires, devant lesquels il prononcera un discours, a expliqué la présidence. Une invitation qui n'est pas une première : l'an dernier, il avait déjà invité plus de 1.000 maires pour une soirée au Palais.

Mais pour les élus, cela ne suffit pas, l'absence au congrès reste très critiquée. "Je vous remercie de cette invitation, mais n'est-il pas préférable, pour tous, que vous puissiez venir vous exprimer lors du Congrès des Maires plutôt que de déplacer plusieurs milliers de maires jusqu'à l'Elysée?", questionne ainsi Arnaud Lécuyer, le maire socialiste de Saint-Pôtan. 

"Très curieux", s'étonne de son côté le maire de Bourg-en-Bresse. "Soit le Président veut s’exprimer devant les maires et il est évidemment invité au congrès, soit il ne veut pas venir mais alors il n’organise pas un 'congrès bis' à l’Elysée, à sa main et avec des maires triés sur le volet", poursuit l'élu socialiste. "De quoi a-t-il peur ?"

Pour le député LR Eric Ciotti, cette absence au congrès est une "nouvelle preuve de mépris du président Macron et de ce prétendu nouveau monde qui veut gouverner sans et contre les territoires."


L'annonce pourrait saper le travail d'apaisement mis en place depuis plusieurs mois. Emmanuel Macron y a multiplié les rencontres avec les élus locaux pour tenter de renouer le dialogue. Le 16 octobre, il avait notamment rendu un hommage appuyé aux maires, "premiers porteurs de la République au quotidien".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter