FAIL - Invité ce mercredi matin d'Europe 1, le tout nouveau ministre de l'Economie Emmanuel Macron a évoqué le cas des salariées de l'abattoir breton Gad, placé en liquidation judiciaire. En des termes très maladroits...

L'enfer médiatique est pavé de bonnes intentions. Le nouveau ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, en fait l'expérience ce mercredi. En évoquant, dans la matinale d'Europe 1 , le cas des employées de l'abattoir breton Gad, il a, par le choix de ses termes, levé une polémique qui remet le doigt sur la vision qu'a la gauche au pouvoir des Français les plus modestes. Et qui n'est pas sans rappeler le tollé provoqué par Valérie Trierweiler, accusant François Hollande de les surnommer "les sans-dents" .

"Ces gens-là n'ont pas le permis de conduire"

Eh bien manifestement, pour Emmanuel Macron, une ouvrière ne sait pas lire. Ainsi dans l'abattoir breton Gad, "il y a une majorité de femmes, il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées", a-t-il assené mercredi. "Ces gens-là", a-t-il ajouté (coucou Jacques Brel) "n'ont pas le permis de conduire". But de la manoeuvre : dénoncer les difficultés d'accès au permis qui les empêchent d'aller chercher un travail plus loin, alors que leur société a été placée en liquidation judiciaire . Le ministre doit justement mener la réforme des professions réglementées, dont les auto-écoles.

Le problème, c'est que dans la bouche d'un énarque enrichi au cours de son passage par la banque Rothschild , la phrase sonne comme bourrée de préjugés sociaux. Doublés, en l'espèce, d'un certain sexisme. "Que des clichés. Ces propos sont une véritable insulte envers les femmes de Gad", a ainsi réagi Annick Le Guével, déléguée CFDT des employés de l'abattoir, pour le journal breton Le Ploermelais . Au-delà de la forme, elle fustige également le fond du propos : "Les femmes ne représentent que 40% de nos effectifs (et) on l’invite à venir voir notre parking pour constater qu’il n’y a pas que des voiturettes ! Je peux même lui écrire une lettre pour lui prouver que je peux écrire sans fautes." Et d'ajouter : "Il nous cherche il va nous trouver"... Faut vous dire, Monsieur Macron, "que chez ces gens-là", on entend très bien.

VIDEO - Les propos polémiques tenus par Emmanuel Macron sur Europe 1 (à 8') :

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Paris : Yuriy, 15 ans, roué de coups et laissé pour mort, ses agresseurs recherchés

Covid-19 : l'Espagne n'a plus les moyens de reconfiner

Covid-19 : Véran confirme "des mesures supplémentaires" si le virus continue sa progression

Confinement : pourquoi le gouvernement prend son temps

EN DIRECT - Covid-19 : un million de vaccinés en France, toujours plus de 25.000 personnes hospitalisées

Lire et commenter