Après ses dîners fastueux, François de Rugy épinglé pour les coûteux travaux de son appartement ministériel

Politique

Toute L'info sur

Affaire Rugy : le ministre de l'Écologie poussé à la démission

AFFAIRE - Après les révélations sur les fastueux dîners financés par de l'argent public à l'hôtel de Lassay, Mediapart révèle jeudi que François de Rugy a fait réaliser pour 63.000 euros de travaux dans son appartement ministériel, toujours avec de l'argent public. L'intéressé a donné ses explications avant la publication de ces informations.

C'est le troisième acte de l'affaire Rugy. Mediapart affirme ce jeudi que le ministre de la Transition écologique et son épouse ont fait réaliser 63.000 de travaux dans leur appartement ministériel, situés dans l'hôtel de Roquelaure, avec de l'argent public. Le site d'investigation avait révélé la veille que François de Rugy avait organisé des dîners fastueux avec de l'argent public à l'hôtel de Lassay quand il était président de l'Assemblée nationale, puis que sa directrice de cabinet avait bénéficié d'un HLM parisien sans l'occuper pendant douze ans.

Lire aussi

Mediapart a listé ces travaux, qui correspondent à 35.390 euros pour la peinture, 16.996 euros pour un dressing, 6.057 euros pour les salles de bains et 4.639 euros pour les sols. Joint par le site, l'un des entrepreneurs ayant travaillé dans l'hôtel de Roquelaure évoque des "travaux de confort", tandis que Mediapart publie des photos de l'appartement avant travaux. Le site révèle également que ce ne sont pas les entreprises proposant les devis les plus bas qui ont été choisis, mis à part pour les sols.

Dans la nuit de mercredi soir, avant la publication de l'article de Mediapart, François de Rugy a publié sur Facebook un texte dans lequel il répond aux questions du média sur les travaux réalisés dans son appartement de fonction, ainsi que sur les dîners tenus dans la résidence du président de l'Assemblée.

Dénonçant une "présentation déformée, partielle et tendancieuse" par Mediapart de ses déclarations, François de Rugy affirme que "si le montant des différents travaux réalisés est important, il est lié au caractère très particulier des lieux où ils ont été effectués : l’Hôtel de Roquelaure, comme d’autres ministères, est un élément du patrimoine français, construit au début du XVIIIème siècle".

"J’ai donné pour instruction de solliciter systématiquement plusieurs devis, auprès de plusieurs prestataires. Comme le prévoit la procédure, le choix des entreprises pour la réalisation de ces travaux a été fait par les services du ministère, qui ont privilégié les prestataires avec lesquels des marchés publics ont été passés et qui présentaient toutes les garanties et références nécessaires en matière de rénovation de bâtiments anciens", poursuit le ministre.

Lire et commenter