Argent liquide, emplois fictifs... quand Rachida Dati menaçait Brice Hortefeux de le balancer

Politique
SMS - L'ex-garde des Sceaux aurait, par texto interposé en 2013, menacé le député européen de révéler, entre autres, "l'argent liquide" qu'il aurait touché sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

L'affaire date de trois ans mais n'en fait pas moins désordre. Selon les informations de Mediapart ce 3 novembre, Rachida Dati a envoyé à Brice Hortefeux en 2013 un SMS dans lequel elle le menace de révéler diverses malversations dans lesquelles l'ex-ministre de l'Intérieur était, selon elle, impliqué sous la présidence de Nicolas Sarkozy.  Plutôt acide, le texto commence par "Salut le facho", et se termine par "Je ne te lâcherai pas, espèce de voyou !". 


Entre ces deux insultes, on peut notamment lire :  "Je vais dénoncer l’argent liquide que tu as perçu pour organiser des RDV auprès de Sarko lorsqu’il était président, des relations tout aussi liquides que tu as eues avec Takieddine, l’emploi fictif de ton ex à la Caisse d’Epargne grâce à Gaubert, et l’emploi illégal de ta compagne actuelle au Parlement européen", écrit-elle à l'attention du député européen. Sarkozy ayant en effet reçu une copie du SMS selon Mediapart, son directeur de cabinet Michel Gaudin aurait dans la foulée mis en garde Rachida Dati contre ce type de missive. Cette dernière ignorait que Hortefeux comme Gaudin étaient sur écoute dans le cadre de l'affaire libyenne, et que ses propres SMS se retrouveraient donc dans les notes de synthèse des enquêteurs. 

Des conneries à Hortefeux, j’en ai envoyéesRachida Dati

Pourquoi tant de haine ? A l'époque, la députée européenne avait eu vent d'un coup bas que Brice Hortefeux s'apprêtait à lui porter : "faire sauter" ses facilités de passage aux aéroports, vestiges de ses fonctions au ministère de la Justice. Même s'il n'était plus en fonction en 2013, l'ex-locataire de la place Beauvau aurait tenté d'interférer auprès d’agents de la Police de l’air et des frontières (PAF) pour nuire à Dati.  "Je n’étais plus en fonctions à l’époque, donc je ne pouvais rien demander à la PAF. Par ailleurs, depuis cette période nos relations se sont normalisées", a assuré le député européen à Mediapart


Même son de cloche d'apaisement chez Rachida Dati, évasive auprès du site d'investigation. "Des conneries à Hortefeux, j’en ai envoyées", relativise-t-elle. Les enquêteurs pourraient le voir d'un autre oeil, et les deux soutiens de Nicolas Sarkozy pour la primaire lui faire une mauvaise publicité de plus.  

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter