ARGENT PUBLIC : Y A-T-IL UNE FRANCE SACRIFIÉE ? - Posez toutes vos questions à Marie-Aline Méliyi et ses invités - 24 Heures en Questions

ARGENT PUBLIC : Y A-T-IL UNE FRANCE SACRIFIÉE ? - Posez toutes vos questions à Marie-Aline Méliyi et ses invités - 24 Heures en Questions

POLITIQUE- Ce soir, comme tous les soirs, dans "24 heures en questions", vous avez la possibilité de poser toutes vos questions à Marie-Aline Méliyi et ses invités sur le thème du jour : les petites communes sous pression. Ils vous répondent dès 18h10.

Malgré la Conférence des Territoires tenue au début du mois de juillet au Sénat, en présence d’Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe, les petites communes sont loin d’être rassurées. Suite aux annonces d’une baisse des dotations aux collectivités locales de 300 millions d’euros et la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages, la fronde s’organise contre le gouvernement nouvellement mis en place. Ce que le géographe Christophe Guilluy appelle « la France périphérique » semble en profonde rupture avec  le Président. La répartition géographie et sociologique des votes au second tour de la présidentielle le montre bien, les électeurs de Emmanuel Macron se concentrant principalement dans les grandes villes et la façade Ouest, alors que les électeurs de Marine Le Pen vivent majoritairement en périphérie des villes, dans les zones rurales, ou dans le Nord-Est et le Sud-Est, zones plus concernées respectivement par la crise économique et par l’immigration. Les habitants des petites communes et leurs élus attendent ainsi un geste de la part du gouvernement, et la promesse d’une couverture 3G et internet quasi parfaite d’ici 2021 n’a pas eu l’air de les séduire. D’où provient cette fracture territoriale ? Après avoir, pendant des centaines d’années, concentré ses institutions représentatives, décisionnaires, économiques, politiques dans la capitale, la France a entamé depuis 40 ans un mouvement de décentralisation, transférant des compétences à des échelons locaux, plus proche des administrés et plus adaptés à leurs besoins. La réforme constitutionnelle du 28 mars 2003 précise même que la France dispose d’une « organisation décentralisée ». Si une série de lois a renforcé les compétences des communes, des départements et des régions, confiant des compétences dans les secteurs du social, de l’éducation, des transports, de la santé, la France reste toutefois un Etat très unifié et unitaire, loin de la décentralisation fédéralisée comme en Allemagne ou en Suisse ou de l’organisation régionalisée à l’espagnole. De plus, ces mouvements de décentralisation n’ont pas été toujours suivis des crédits correspondant, et beaucoup d’élus locaux dénoncent la baisse des dotations concordante à la hausse des compétences. À partir de 2015, des groupes de petites communes ont commencé à fusionner au sein de communes nouvelles, attirées par la promesse d’un gel des dotations. Bien des élus dénoncent cependant aujourd’hui le manque de démocratie au sein de ces structures et des manœuvres visant à faire des économies d’échelle. Aujourd’hui, les petites communes appellent à l’aide, face à la désertification de leurs rues commerçantes, à l’exode rural des jeunes, au manque de moyens. Emmanuel Macron, quant à lui, prépare son plan de remaniement des départements, supprimant un quart d'entre eux, dans les zones rurales, et en fusionnant d'autres avec les métropoles des grandes villes, sur le modèle de Lyon, où l'actuel ministre de l'intérieur, Gérard Collomb, a mené l'initiative. Alors, quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il présenter en faveur de ces petites communes ? Comment revitaliser les centres-villes des communes rurales ? Est-il nécessaire de désenclaver numériquement les campagnes ?

Pour poser vos questions à Marie-Aline Méliyi et ses invités, rendez-vous sur Facebook ou sur Twitter avec le #24henquestions.

Les invités :

Wilfried SCHWARTZ

Représentant AMF

                                                       

Benjamin MOREL

Docteur en sciences politiques – ENS Paris-Saclay

François ECALLE

Economiste

Julien ARNAUD

Journaliste politique LCI 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "Le risque d'une reprise épidémique réelle ne peut être exclu", prévient Gabriel Attal

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand toujours au coude-à-coude

Enseignants menacés de mort à Marseille : un homme placé en garde à vue

"Maintenant, il va falloir qu'il se calme" : Jean-Michel Blanquer recadre Eric Zemmour

VIDÉO - Texas : les images spectaculaires du crash d'un avion avec 21 personnes à bord, toutes rescapées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.