Arrêt maladie : l’Assemblée nationale rétablit le jour de carence des fonctionnaires... pour réduire l’absentéisme

DirectLCI
POLÉMIQUE - Il s'agissait d'une promesse de campagne d'Emmanuel Macron : l'Assemblée nationale a voté lundi soir le rétablissement, dans le cadre du budget 2018, d'un jour de carence dans la fonction publique en cas d'arrêt maladie. Le gouvernement met en avant un moyen de réduire l'absentéisme.

La mesure est un moyen de réduire d’absentéisme. C’est l’argument invoqué par l’Assemblée nationale, qui a voté lundi soir le rétablissement, dans le cadre du budget 2018, d'un jour de carence dans la fonction publique en cas d'arrêt maladie.


Le rétablissement d'un jour de carence, c'est-à-dire l’arrêt maladie rémunéré à partir du deuxième jour dans la fonction publique, était un engagement de campagne d'Emmanuel Macron. Il avait été annoncé dès juillet par le gouvernement afin de "lutter contre le micro-absentéisme qui désorganise les services, alourdit la charge de travail des collègues en poste et coûte environ 170 millions d'euros par an".

Instauré par Sarkozy, abrogé par Hollande

Le jour de carence, très décrié par les syndicats de fonctionnaires, avait été mis en place en janvier 2012 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, et supprimé par François Hollande en janvier 2014. Marylise Lebranchu, la ministre de la Fonction publique de l'époque, avait jugé cette mesure "injuste, inutile et inefficace". 


En octobre, le Premier ministre Edouard Philippe avait justifié ce rétablissement, affirmant que lorsque ce jour avait été mis en place, "il y a quelques années, il avait produit de remarquables résultats pour lutter contre l'absentéisme". "Cet absentéisme, ce tout petit absentéisme, cet absentéisme de un jour ou de deux jours, avait considérablement augmenté", a-t-il dit, lorsque la mesure avait été supprimée par le précédent gouvernement.

Moins d'absences courtes, plus d'absences longues ?

Pourtant, une récente étude de l'Insee, montre que le jour de carence appliqué en 2012 et 2013 a réduit "fortement" les absences pour raisons de santé de deux jours... mais augmenté celles de longue durée pour les agents de l'Etat. "Moins d'absence courtes, plus d'absences longues", résume le rapport qui montre notamment que si les absences de deux jours ont "fortement" baissé, de plus de 50%, les absences d’une semaine à trois mois se sont en revanche développées. 


D’après l’Insee, le jour de carence engendrant un "coût fixe pour le salarié à chaque prise d’arrêt maladie", il n’avait donc "pas intérêt à hâter son retour au travail avant d’avoir la certitude d’être guéri".

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter