Assistants parlementaires du MoDem : François Bayrou directement visé par des révélations du Canard enchaîné

DirectLCI
ENQUÊTE - Le Canard enchaîné publie ce mercredi de nouveaux témoignages impliquant le ministre de la Justice François Bayrou à propos de l’affaire des assistants parlementaires des députés européens du MoDem.

Les révélations s’enchaînent dans l’affaire des assistants parlementaires des eurodéputés MoDem et ciblent cette fois directement François Bayrou. Selon l’édition du Canard enchaîné de ce mercredi, la secrétaire particulière du président du MoDem aurait été rémunérée aux deux tiers par le Parlement européen, alors qu’elle ne travaillait que pour le dirigeant centriste.

Le journal satirique dévoile que Karine Aouadj, secrétaire particulière de François Bayrou, a signé un avenant à son contrat en 2010, la faisant devenir assistante parlementaire locale de la député européenne Marielle de Sarnez. Dans un premier temps, la moitié de sa rémunération est pris en charge par le Parlement européen, avant que cela ne passe aux deux-tiers (le reste est réglé par le MoDem). 


Pourtant des sources de l’entourage du président du MoDem affirment au Canard qu’elle était "la collaboratrice personnelle de François Bayrou" jusqu’en 2014 et "n’a jamais travaillé pour l’Europe".

Dans l'attente des résultats de l'enquête

Interrogé par des confrères lors d’un déplacement dans le Pas-de-Calais, l’actuel ministre de la Justice s’est dit "sûr de l’issue et des preuves qui seront immanquablement apportées. […] Il y a une enquête et l’enquête établira les faits. Et je sais, moi, pour avoir confiance dans les magistrats et pour savoir la réalité de ces choses, qu’il n’y aura aucun problème pour que les magistrats disent ce qu’il en est".

En vidéo

Emplois présumés fictis du Modem : ouverture d'une enquête préliminaire

La semaine dernière, France Info révélait qu’un dizaine de salariés du siège du MoDem exerçaient également des fonctions d’assistants parlementaires européens. L'enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris pour "abus de confiance et recel", doit déterminer si ces accusations, qui font également suite à un signalement reçu par la justice d’un ex-collaborateur du MoDem, sont réelles.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter