Assouplissement du confinement : tous les commerces rouvriront le 28 novembre

Assouplissement du confinement : tous les commerces rouvriront le 28 novembre

MESURES SANITAIRES - Emmanuel Macron a confirmé mardi la réouverture des commerces considérés comme "non essentiels" à compter du samedi 28 novembre. Un arbitrage favorable à Bercy, qui souhaitait répondre à une demande pressante des professionnels.

Les commerçants vont pouvoir respirer un peu. Emmanuel Macron a confirmé mardi soir la réouverture, à compter du samedi 28 novembre, des commerces considérés comme "non essentiels", qui avaient dû fermer leurs portes il y a trois semaines. Le chef de l'État a ainsi arbitré en faveur de Bercy en avançant légèrement cette date, initialement prévue autour du 1er décembre. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie et les mesures sanitaires

À trois semaines des congés de fin d'année,  les professionnels attendaient avec fébrilité cette décision, chaque week-end pesant lourdement dans la balance durant cette période. 

À cette date, qui marque la première étape d'un assouplissement du confinement, "tous les commerces pourront rouvrir et les services à domicile reprendre, mais dans le cadre d’un protocole sanitaire strict", a annoncé le chef de l'État durant son allocution télévisée. Un protocole négocié la semaine dernière, qui prévoit notamment une jauge de 1 client pour 8 mètres carrés

Lire aussi

Des commerces ouverts jusqu'à 21 heures

Outre le protocole, les commerces et les services devront se soumettre à une autre contrainte, celle d'un couvre-feu. Ainsi, a indiqué Emmanuel Macron, "les commerces pourront ouvrir jusqu'à 21 heures au plus tard" à partir de ce samedi. "Les librairies, les disquaires, les bibliothèques et archives pourront rouvrir dans ces conditions."

La semaine dernière, le ministre de la Santé Olivier Véran avait émis des doutes sur la possibilité d'ouvrir les commerces dès le 28 novembre, estimant que les conditions n'étaient "pas réunies". À l'inverse, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, qui avait négocié avec les grandes plateformes de vente un report du Black Friday du 27 novembre au 4 décembre, mettait en avant l'impératif de faire repartir l'économie dans ces secteurs particulièrement sinistrés. 

Ces mesures ne concernent pas les restaurants et les salles de sport, qui devront patienter jusqu'au 20 janvier. Les cinémas, théâtres et musées devront attendre, quant à eux, le 15 décembre prochain. 

Lire aussi

Pour faciliter la fluidité des clients, l'exécutif planchait également ces derniers jours sur la possibilité de permettre l'ouverture dominicale des magasins jusqu'à la fin du mois de janvier. Un sujet sur lequel Emmanuel Macron n'est pas revenu mardi soir.

Sur le même sujet

Lire et commenter