Assurance-chômage, formation, logement, santé... En septembre, le gouvernement ne va pas chômer

CALENDRIER - Ce lundi, à l’issue du séminaire gouvernemental qui a eu lieu à l'Élysée, Édouard Philippe a détaillé la feuille de route (très chargée) du gouvernement pour cette rentrée. Une chose est sûre, les ministres ne vont pas chômer en septembre.

"Notre objectif est simple, celui de réparer le pays". Aussi louable soit-il, ce dessein peut-il être mené à la hâte ? Cela semble être la conviction de l’exécutif qui va présenter une kyrielle de réformes dès le mois prochain pour "marquer la transformation du pays", dixit Édouard Philippe. A ses yeux, le timing est propice car le "contexte est plus favorable". Pour étayer son propos, il  cite notamment "le retour de la croissance, une conjoncture économique un peu plus positive, une majorité parlementaire forte et un poids retrouvé dans l'UE et  le monde".


A l’issue du séminaire gouvernemental qui a eu lieu ce lundi, le Premier ministre a ainsi listé la longue liste de mesures qui seront mises en route dès les prochaines semaines. Il a tout d’abord évoqué la présentation, jeudi prochain, des cinq ordonnances visant à réformer le Code du travail, dont l’objectif est "de faire disparaitre le chômage de masse".  Le même jour, le gouvernement doit également présenter sa nouvelle politique pour l'emploi "qui va favoriser l’investissement et la formation". Il ne s’agit rien de moins que de "transformer la logique de la politique de l'emploi pour la rendre plus efficace", explique le locataire de Matignon.

Fin septembre, l’exécutif engagera par ailleurs "la deuxième étape de notre plan de rénovation de notre modèle social" avec au programme la reforme de assurance-chômage, de l’apprentissage et formation professionnelle. La troisième étape (la réforme des retraites) aura lieu quant à elle au cours de l'année 2018. Edouard Philippe  a également promis une série de mesures en faveur des travailleurs indépendants comme la baisse des cotisations et la suppression du RSI). 


Dans le domaine de l’éducation, il a évoqué "une concertation en vue de reformer le baccalauréat" ainsi "qu’un plan étudiant dès septembre pour améliorer à la fois la réussite universitaire et les conditions de vie des étudiants".

Dès septembre toujours, le gouvernement va présenter un "plan de refonte de la politique du logement" afin de "créer un choc d'offre pour construire plus, plus vite, moins cher notamment là où la situation est la plus tendu". Le Premier ministre a notamment mis l’accent sur la modernisation des aides au logement et sur le "Plan Logement d'abord" qui doit permettre de "mieux loger les plus fragiles".


Dans les prochaines semaines, le gouvernement doit aussi acter l’amélioration du minimum vieillesse et l'augmentation de l'allocation adulte-handicap. Parallèlement, un plan de lutte contre le tabagisme doit également voir le jour. Edouard Philippe a ensuite annoncé la tenue, fin septembre encore, des assises de la mobilité "pour améliorer les transports du quotidien".


Enfin, dès le 25 septembre, une session extraordinaire au Parlement sera consacrée à l'examen de la loi anti-terrorisme. Ce nouveau texte "doit permettre à la France " de disposer avant le 1er novembre (date à laquelle le gouvernement a prévu de mettre fin à l'état d’urgence) de tous les instruments juridiques nécessaires pour garantir le plus haut niveau de sécurité possible". La présentation du projet de loi finances pour le budget 2018 est quant à elle prévue le 27 septembre.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter