Attentat de Nice : les contradictions entre Valls et Cazeneuve

Attentat de Nice : les contradictions entre Valls et Cazeneuve

DEUX SALLES DEUX AMBIANCES - L'auteur de l'attentat de Nice, qui a fait 84 morts, est un "terroriste", "sans doute lié à l'islamisme radical", a affirmé ce vendredi soir Manuel Valls, sur le plateau du JT de France 2. Au même moment sur TF1, Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur a refusé de confirmer cette information.

Deux JT, deux ministres, deux informations. Ce vendredi 15 juillet, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve étaient tous deux les invités des JT de France 2, pour le premier et TF1 pour le second. Interrogés par Laurent Delahousse et Audrey Crespo-Mara, les deux ministres ont donné deux informations un peu différentes.

Pendant que Bernard Cazeneuve a refusé d'affirmer que le tueur de Nice était lié à l'islam radical, expliquant ne pas être en mesure de le confirmer, Manuel Valls lui, a déclaré que l'auteur de l'attentat de Nice y est "sans doute lié". 

Prudence pour Cazeneuve

Le ministre de l’Intérieur a affirmé sur le plateau de TF1 que ses services étaient à pied d'œuvre pour identifier le tueur et déterminer si oui ou non, ce dernier avait un lien avec l'islam radical. "Nous avons un individu qui n'était pas du tout connu des services de renseignement pour des activités liées à l'islamisme radical, qui n'était pas fiché S", a-t-il déclaré, invitant a attendre les résultats de l'enquête judiciaire pour comprendre le profil du tueur. 

L'enquête "montrera si cet individu a agi à la demande d'autres individus, s'il a agi actionné par les messages continus de Daech qui appellent et provoquent au crime parce qu'il y avait chez lui un déséquilibre. On verra s'il avait un réseau relationnel ou pas", a-t-il détaillé. 

À LIRE AUSSI  >>  Attentat à Nice : certaines victimes du 13 novembre "ont perdu des proches"

Affirmation pour Manuel Valls

Si Bernard Cazeneuve prend les mesures de prudence qui s'imposent face à une telle affaire, quelques minutes auparavant, Manuel Valls a quant à lui,  affirmé sur le plateau de France 2 que l'individu, "est un terroriste sans doute lié à l'islamisme radical d'une manière ou d'une autre". "Mais il faut que l'enquête maintenant puisse avancer", a ajouté le premier ministre. Dans le timing, c'est Bernard Cazeneuve qui a contredit son Premier ministre, son interview arrivant quelques minutes après celle de Manuel Valls.

L'enquête qui a été confiée à la DGSI et à la DCPJ se poursuit

Pour l'heure, difficile d'y voir clair dans ces deux déclarations. François Molins, procureur de Paris, a tenu une conférence de presse, ce jour. Il a affirmé que l'enquête avait été confiée à la DGSI et à la DCPJ. "Mohamed Lahouaiej Bouhlel est totalement inconnu des services de renseignement et ce, tant au niveau national qu'au niveau local et n'avait jamais fait l'objet de la moindre fiche et du moindre signalement de radicalisation", a déclaré François Molins.

EN SAVOIR + >>  Qui est Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, le tueur ?

Et de poursuivre. "L'enquête qui a été confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure et à la Direction centrale de la police judiciaire a été ouverte des chefs d'assassinats et tentatives d'assassinat en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste, tentatives d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste et enfin d'association de malfaiteurs terroristes en vue de préparer des crimes d'atteinte aux personnes."

EN SAVOIR + >> Les éléments révélés par le procureur de la République de Paris 

Combien d'attentats déjoués ?

Autre désaccord entre Manuel Valls et Bernard Cazeneuve : le nombre d'attentats déjoués. Si le premier avance le chiffre de 15, le deuxième a annoncé 16. De quoi laisser perplexe sur la communication gouvernementale.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Éric Zemmour : immigration, retraite, natalité... ses arguments passés au crible

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour remet en cause les limitations de vitesse et veut supprimer le permis à points

VIDÉO - "Sept à Huit" : les confidences d'Amel Bent sur sa douloureuse maternité

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : "Du point de vue des idées, Zemmour c'est l'apogée du n'importe quoi", dénonce Castaner

REVIVEZ - OM-PSG : malgré deux buts refusés et un carton rouge, Marseille et Paris se quittent dos à dos dans ce "Classique"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.