Attentat de Rambouillet : "Il y a une part d'immigration réelle dans le terrorisme", assure Jean-Pierre Raffarin

Attentat de Rambouillet : "Il y a une part d'immigration réelle dans le terrorisme", assure Jean-Pierre Raffarin

INTERVIEW - Invité politique sur LCI ce mardi 27 avril, Jean-Pierre Raffarin est revenu sur le lien entre immigration et terrorisme, porté par des personnalités de droite depuis l'attaque au couteau perpétré contre une fonctionnaire de police à Rambouillet (Yvelines).

Le gouvernement, cible de vives critiques. Plusieurs personnalités politiques accusent l'exécutif d'être à la traîne en matière sécuritaire mais, contrairement au gouvernement et à la gauche, une partie de la droite a établi dimanche un lien direct entre terrorisme et immigration, deux jours après le meurtre au couteau d'une policière à Rambouillet. Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, tous deux potentiels candidats à la présidentielle, l'ont notamment dénoncé. 

Toute l'info sur

Attaque terroriste au commissariat de Rambouillet

Interrogé à ce sujet par Elizabeth Martichoux sur LCI ce mardi 27 avril, Jean-Pierre Raffarin demande à ce que l'on prenne des pincettes. Il estime que l''on ne peut pas faire de tous les immigrés des terroristes, mais il est clair que, dans le terrorisme, il y a une part d'immigration qui est réelle", dit-il, tout en nuançant : "Faisons attention à ne pas stigmatiser toute une population qui aspire à être à l'aise dans la République". Pour le président de la Fondation pour la prospective et l'innovation, Xavier Bertrand et Valérie Pecresse ont "raison de voir la part d'immigration dans le terrorisme, mais ils ont tort s'ils font des amalgames en laissant penser que toute immigration est un terreau de terrorisme", résume-t-il.

L'abolition du délit de séjour, une erreur ?

"Le terrorisme est aujourd’hui une organisation structurée", poursuit l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac (2002-2005). "Même s’il y a des actes individuels, ils sont inspirés par une pensée collective répandue. Un prosélytisme se développe. Nous sommes dans une situation de guerre et nous avons un ennemi, c'est ce cerveau international du terrorisme qu'il faut combattre", dit-il. 

La situation irrégulière sur le sol français des auteurs d'attentat soulève la question de l'abolition du délit de séjour par l'ancien Président de la République François Hollande. "Je pense que c'était une erreur de le supprimer", reconnaît Jean-Pierre Raffarin. "Toute attitude incompatible avec la République doit légitimer un départ de cette République." 

Aussi, plusieurs membres du gouvernement s'attèlent à riposter face à la brèche ouverte par la droite. "Je n'accepterai jamais qu'on tire un trait, c'est-à-dire qu'on dise que l'immigration est égale au terrorisme, comme certains responsables politiques cherchent à le faire", a affirmé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur LCI ce lundi 26 avril. 

Cette polémique intervient après l'assassinat terroriste à l'arme blanche d'une fonctionnaire de police de 49 ans ce vendredi 23 avril à Rambouillet (Yvelines) par un ressortissant tunisien en situation irrégulière sur le territoire depuis dix ans.

Lire aussi

Face aux attentats répétés sur le sol national ces dernières années, l'exécutif veut montrer qu'il agit. Après les textes sur le séparatisme et la sécurité globale, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin entend présenter ce mercredi 28 avril un nouveau projet de loi de lutte contre le terrorisme en Conseil des ministres. Emmanuel Macron, lui, compte se tourner vers l'Union Européenne (UE) pour défendre une réforme des accords de Schengen visant à renforcer la maîtrise des frontières nationales.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Terrasses, commerces, cinémas, mariages… les conditions des réouvertures à partir du 19 mai

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

Vaccination : adultes non prioritaires, on vous explique comment prendre rendez-vous dès à présent

Policier tué à Avignon : le collègue d'Eric Masson présent lors du meurtre reconnaît formellement le principal suspect

EN DIRECT - Tensions israélo-palestiniennes : la France appelle à un "usage proportionné de la force"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.