Augmenter de 10% les instituteurs ? Vallaud-Belkacem moque la proposition de Juppé

Politique
EDUCATION – Le candidat à la primaire de la droite et du centre pour 2017 propose, dans un entretien au Parisien magazine ce vendredi, d'augmenter les salaires des professeurs du primaire de 10%. La ministre de l'Education nationale dénonce une "promesse de Gascon", impossible à tenir en l'état au vu des finances publiques.

Il veut faire de l'éducation le principal axe de sa campagne. Mais avant même la sortie de son ouvrage Mes chemins pour l’école le 26 août, le candidat à la primaire de la droite et du centre pour 2017 Alain Juppé s'est vu remettre à sa place par la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem. Elle voit dans sa proposition d'augmenter la rémunération des professeurs du primaire de 10% "une promesse de Gascon", irréalisable au vu des finances publiques.

Interrogé dans un entretien au Parisien magazine ce vendredi sur sa première mesure s'il était élu à la présidence de la République, Alain Juppé explique : "La priorité, c’est de mettre le paquet sur le début du cursus scolaire, c’est-à-dire l’école maternelle et l’école élémentaire". Et le maire de Bordeaux de s'engager à augmenter le salaire des instituteurs (environ 2100 euros bruts par mois après deux ans de carrière selon le site du ministère ) : "Oui, il faut augmenter de 10 % les salaires de nos enseignants dans le primaire. En contrepartie, ils doivent être plus présents dans l’établissement, et plus disponibles pour les élèves et leurs parents."

"Où va-t-il trouver cet argent?"

Une proposition immédiatement dénoncée par la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem. "Il y a une forme de promesse de Gascon dans ce qu'annonce Alain Juppé", a lancé Najat Vallaud-Belkacem lors d'un point presse au cours de la visite du collège Jean Rostand du Cateau-Cambrésis (Nord). Augmenter de 10% le salaire des professeurs des écoles, "cela signifie une dépense d'environ 1,5 milliards d'euros, et en même temps il (Alain Juppé) dit ne pas vouloir augmenter les dépenses de l'Education nationale, alors où va-t-il trouver cet argent?", a noté la ministre socialiste.

LIRE AUSSI >> Combien sont (vraiment) payés les profs ?

A l'ancien Premier ministre, qui propose de "réaffecter des postes d'enseignants (du collège et du lycée) vers le primaire", Najat Vallaud-Belkacem a répondu que "compte tenu de la démographie, les marges de manœuvre au lycée n'existent pas, sauf à avoir 40 élèves par classe". La ministre a toutefois reconnu que dans ses propositions, Alain Juppé "semble faire preuve d'une modération qui l'honore : on est assez loin des outrances et des caricatures auxquelles nous avait habitués la droite ces derniers mois". "De fait il semble partager assez largement les orientations de la refondation de l'école, la priorité à l'école maternelle et primaire par exemple et les rythmes scolaires qu'il ne compte pas remettre en question", s'est-elle notamment félicitée.

A LIRE AUSSI
>> Présidentielle 2017 : Alain Juppé reste le chouchou des sondages
>> Réforme du collège : le décret publié fait hurler les opposants

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter