Autoroutes : "Mettre fin à un racket organisé"

Politique
INTERVIEW – Des députés souhaitent que l'Etat résilie les contrats passés en 2005 avec les sociétés autoroutières. Celles-ci sont accusées de gonfler leurs prix. Le président du parti "Debout la France", veut lui aller plus loin et prône la nationalisation.

Confiée depuis 2005 à des sociétés privées, la gestion des autoroutes soulève régulièrement l'indignation des consommateurs, témoins des hausses de prix répétitives. Face cette colère, l'Etat peut, avant le 31 décembre 2014, notifier sa volonté de résilier les contrats en cours pour en négocier de nouveaux, applicables au 1er janvier 2016. Un rapport parlementaire présenté mercredi à l'Assemblée nationale presse le gouvernement d'agir en ce sens. De son côté, le député souverainiste Nicolas Dupont Aignan, spécialiste du sujet, prône la nationalisation des autoroutes. Une proposition qu'il défend depuis longtemps, notamment à travers des actions coup de poing aux péages.

EN SAVOIR +
>>
Ségolène Royal souhaite un gel des tarifs autoroutiers
>>
Les 5 autoroutes les moins chères de France
>>
Les 5 autoroutes les plus chères de France

Mercredi, un rapport parlementaire préconise la résiliation des contrats passés entre l'Etat et les sociétés d'autoroutes. Est-ce une solution envisageable ?
C'est la seule solution pour mettre fin à un racket organisé avec la complicité de l'Etat. Il a malheureusement fallu attendre huit ans pour que cette évidence saute aux yeux de tous les acteurs. Ma proposition a toujours été de nationaliser les autoroutes car c'est un bien public qui a été délégué de manière inefficace à des sociétés privées en situation de monopole, qui en ont abusé.

Mais une telle réalisation ne risque-t-elle pas d'être coûteuse pour le contribuable ?
La résiliation est prévue par les contrats. Quand un contrat a des closes inacceptables, quand un des contractants est lésé, il a le droit et le devoir de rétablir un ordre juridique honnête. Je vous rappelle que le prix des concessions a été sous évalué, que la hausse des tarifs a été excessive et que les bénéfices de ces sociétés sont exorbitants. Il faudra indemniser ces sociétés avec un calcul très simple : prix d'achat et investissements réalisés moins les bénéfices.

Avec votre proposition, les automobilistes peuvent-ils s'attendre à une baisse des prix aux péages ?
Une fois re-nationalisées, l'Etat a deux choix : soit il affecte ses futurs bénéfices à la modernisation de toutes les routes. Soit il considère qu'il faut baisser les tarifs pour les autoroutes déjà financées. Moi je préconise une baisse des tarifs, la gratuité le week-end car l'idée de Ségolène Royal était bonne. Il restera des tronçons payants : ça serait démagogique de promettre la gratuité totale car il y a encore des tronçons à payer, mais entre l'abus actuel et la gratuité totale il y a un équilibre à trouver.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter