Avant de partir, Rebsamen veut-il faire la peau aux SMS de rappel aux chômeurs ?

Politique
POLEMIQUE – Le bientôt ex-ministre du Travail voudrait supprimer les SMS de rappel envoyés aux chômeurs pour s'actualiser auprès de Pôle emploi. Une mesure coûteuse, selon lui, et qui serait responsable des chiffres record du chômage enregistrés en mai.

Une dernière polémique avant le départ de François Rebsamen du ministère du Travail ? Le Point révèle mercredi sur son site que le ministre tout juste démissionnaire, pour cause de réélection à la tête de la mairie de Dijon, s’apprêterait à proposer la suppression des SMS envoyés tous les mois aux chômeurs pour leur rappeler d'actualiser leur situation à Pôle emploi.

La raison ? Faire des économies, selon l’hebdomadaire, qui précise que le bientôt ex-ministre du Travail trouverait le procédé trop coûteux. "Ça coûte cher !", aurait-il justifié. Contacté par nos confrères du Figaro , le ministère n’a ni confirmé, ni infirmé l’information. "Pas de commentaire", a-t-on laconiquement répondu.

Un moyen (artificiel) de faire baisser le chômage ?

Chaque mois, Pôle emploi envoie quelque 650.000 SMS aux demandeurs d’emploi inscrits pour leur rappeler de s’actualiser, notamment via internet. En cas d’oubli, c’est la radiation au titre de "cessation d'inscription pour défaut d'actualisation", précise lefigaro.fr .

D’aucuns voient dans la suppression de ces SMS un moyen artificiel pour faire baisser le chômage. Souvenez-vous : en septembre 2013, le gouvernement se réjouissait d’une légère baisse du chômage avant de découvrir le pot aux roses : un bug de SFR, qui n’avait pas envoyé tous les SMS de relance d’actualisation, avait mécaniquement fait baisser le nombre de demandeurs d’emploi.

A LIRE AUSSI >> La baisse du chômage en août due... à un bug chez SFR

Si François Rebsamen n’a pas encore quitté officiellement la rue de Grenelle, même s’il a remis sa démission ce mercredi, il n’aurait pas renoncé à son idée. "L'ex-ministre n'a jamais digéré les mauvais résultats du mois de mai, un record de 3.552.200 chômeurs de catégorie A, qu'il avait attribué à l'envoi de plusieurs SMS de rappel par l'agence", souligne le Point. Une idée qu’il pourrait donc laisser dans les cartons... pour son successeur ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter