Avec son "académie des leaders", Borloo veut "fertiliser la fonction publique" avec des jeunes des quartiers

DirectLCI
BANLIEUE – Dans son rapport sur la politique de la Ville, Jean-Louis Borloo préconise notamment de créer une nouvelle grande école au sein de laquelle les jeunes talents issus des quartiers populaires seraient formés afin d’intégrer la haute fonction publique.

L’absence de diversité au sein des élites françaises est l’un des drames de notre pays selon Jean-Louis Borloo. Pour y remédier, l’ancien ministre, qui a présenté ce jeudi son rapport sur la politique de la Ville, suggère de créer "une académie des leaders", une sorte d’ENA bis mais dont les élèves seraient issus de quartiers populaires. S’il ne remet en cause l’utilité de l’ENA, il déplore toutefois la "trop grande homogénéité de ces diplômés et le caractère formaté de la formation". En raison de son concours, "nous passons à côté d’extraordinaires talents ou caractéristiques différentes de notre jeunesse", ajoute-t-il.


C’est pourquoi il veut permettre à des jeunes "à très haut potentiel" mais absent des cursus universitaires classiques d’accéder, eux aussi, à la fonction publique et, pour les meilleurs, à la haute fonction publique. Pour les sélectionner, il souhaite mettre en place "des critères assez différents comme de très grands nombres d’universités et institutions prestigieuses dans le monde". Cette sélection "se fera par des tests et épreuves valorisants", en évaluant "le leadership, le QI, la puissance de travail, la capacité de raisonnement, à travailler en équipe et en projet, l’ouverture au monde et aux cultures, la capacité digitale, linguistique". 500 candidats seraient sélectionnés par promotion, avec une parité stricte.

Aucun diplôme préalable ne serait requis pour intégrer cette "académie des leaders" qui pourrait être "réservée dans un premier temps aux jeunes des quartiers populaires" avant de s’ouvrir à d’autres par la suite. Comme les élèves de l’ENA, ceux qui intégreraient cette nouvelle grande école "bénéficieront du statut de fonctionnaire stagiaire de l’ENA avec une rémunération équivalente (de l’ordre de 1700€ bruts) pendant la durée de la scolarité". Les futurs diplômés auront ensuite l’obligation de servir dans une des trois fonctions publiques pour une période minimale de 10 ans (avec la possibilité de réduire ce temps en remboursant leur formation). 


Alors que le cursus de l’ENA dure deux ans, celui de "l’académie des leaders" s’étalerait sur trois années, dont 6 mois de stage dans une administration ou en entreprise et 6 mois minimum à l’étranger. Jean-Louis Borloo souhaite une formation "orientée vers la pratique professionnelle" en partenariat avec des grandes écoles, des universités et des écoles de commerces. A terme, "ces nouveaux talents ont pour vocation à innerver et fertiliser la haute fonction publique", espère Jean-Louis Borloo.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter