Baisse des APL de 5 euros : Julien Denormandie reconnaît "une mauvaise décision"

Baisse des APL de 5 euros : Julien Denormandie reconnaît "une mauvaise décision"

LOGEMENT – Interrogé sur France 3, le secrétaire d'Etat à la cohésion des territoires Julien Denormandie a admis que la baisse des APL de cinq euros décidée à l’automne dernier avait été "une mauvaise décision". Il promet des améliorations et qu’il n’y aura "plus de perdant".

C’est une déclaration qui va faire grincer des dents de toutes parts. Interrogé dimanche sur France 3, Julien Denormandie, secrétaire d'Etat à la cohésion des territoires, a admis que la baissé décidée à l’automne dernier des aides personnalisées au logement (APL) avait été une mauvaise décision.

"On a pris des décisions l'été dernier qui étaient de mauvaises décisions, de réduire comme cela par un coup de rabot, 5 euros (par mois) sur ce montant des APL", a-t-il confessé. "Nous avons corrigé la chose, nous avons lancé une réforme de fond sur le logement social qui fait que demain, il n'y aura plus aucun perdant aux APL." La décision de baisser de cinq euros mensuels le montant des APL avait été vivement critiquée par les associations de défense des mal-logés, mais aussi les bailleurs sociaux et certains syndicats. 

Lire aussi

18 milliards d'euros par an pour les aides au logement

Quelque 6,5 millions de ménages bénéficient de cette aide. Le Premier ministre Edouard Philippe avait reconnu que ce coup de rabot n’était "pas intelligent", mais justifié par le besoin de faire une économie mensuelle estimée à 32,5 millions d’euros, économies prévues dans le budget 2017 par la majorité précédente. "Désormais, toutes les personnes qui sont aux APL ne seront en rien impactées par toute la réforme du logement social", a indiqué le secrétaire d’Etat, promettant qu’il n’y "aurait plus aucun perdant".  

En vidéo

Logement : comment s'organise la traque des marchands de sommeil ?

Les aides personnelles au logement incluent l’aide personnalisée au logement (800.000 étudiants), l’allocation de logement familial (ALF) et l’allocation de logement social (ALS). L’ensemble pèse 18 milliards d'euros par an dans le budget de l’Etat.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

Covid-19 : aux États-Unis, les personnes vaccinées peuvent se réunir sans masque

La vaccination obligatoire des soignants "reste une possibilité", rappelle Gabriel Attal

EN DIRECT - Vaccination contre le Covid-19 : près de 160.000 injections réalisées ces dernières 24 heures

Lire et commenter