Barbara Pompili : "François de Rugy était le meilleur candidat, et de loin" pour présider l'Assemblée nationale

INVITÉE POLITIQUE - Barbara Pompili, proche de François de Rugy, explique sur LCI pourquoi ce dernier était, selon elle, le meilleur candidat face à des femmes pour la présidence de l'Assemblée, et pourquoi elle n'a pas souhaité elle-même se présenter.

Son nom avait circulé un temps pour la présidence de l'Assemblée nationale. Mais Barbara Pompili ne s'est finalement pas présentée à l'élection, mardi. Et c'est un autre écologiste, François de Rugy, dont elle est proche, qui a été élu par les députés, face notamment à deux concurrentes, Brigitte Bourguignon et Sophie Errante. 


Une élection qui a essuyé certaines critiques de la part de ceux qui espéraient voir enfin une femme présider l'Assemblée et rétablir un peu d'équilibre entre les sexes à la tête des institutions. Interrogée sur ce sujet, mercredi sur LCI, Barbara Pompili a balayé ces critiques. "François de Rugy était le meilleur candidat, et de loin, pour cette fonction. Il avait travaillé, il avait l'expérience et la compétence", rétorque l'ancienne ministre, qui avait œuvré avec lui au sein du même groupe sous la précédente mandature. Elle ajoute : 

Dans la mesure où il était candidat, je n'avais pas envie de me présenter, d'autant que j'avais d'autres ambitionsBarbara Pompili

Une femme présidente de l'Assemblée ? "J'aurais trouvé ça classe", reconnaît-elle. "Si on avait eu deux candidats de même valeur, la question aurait pu se poser. Mais François de Rugy était bien au-dessus des autres candidatures."

Se concentrer sur les sujets "de fond"

Les ambitions de Barbara Pompili sont comblées, à entendre l'ex-ministre de François Hollande, réélue députée sous l'étiquette de La République en marche : elle va présider la Commission du développement durable. "Je suis intéressée par les sujets de fond. Au Perchoir, on peut travailler sur les institutions, moins sur le fond", assure-t-elle.


La présidence de François de Rugy sera en principe remise en jeu en 2019, à mi-mandat. Sera-t-elle alors intéressée ? "Il ne faut jamais dire jamais... Mais là, je suis dans cette commission, j'en suis très heureuse."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter