Bègles, commune de Noël Mamère, un exemple pour l’accueil des réfugiés ?

Politique

ÇA SE PASSE - Noël Mamère était l’invité d’Yves Calvi dans 24 heures en questions jeudi 15 septembre. Il est revenu sur le plan Cazeneuve de répartition des réfugiés dans les différentes communes françaises. Le maire de Bègles salue l’initiative et présente sa ville en modèle pour l’accueil des demandeurs d’asile.

"Cohérente" : c’est en ces termes que Nöel Mamère a qualifié la position prise par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve concernant la répartition des réfugiés de Calais dans les différentes régions françaises. "Il reconnait enfin que 80% des gens qui se trouvent à Calais sont, pour la plupart, des demandeurs d’asile politique, ce qui n’était pas le cas jusqu’à maintenant", a expliqué le député-maire écologiste.

Noël Mamère dit d’ailleurs avoir déjà pris part à ce plan. "Il y a un centre d’accueil et d’orientation à Bégles", a-t-il rappelé sur le plateau de LCI. Et d’ajouter : "Nous avons mis à la disposition d’une famille syrienne venant d’Alep avec trois enfants un appartement désaffecté réservé à des instituteurs". Il a tenu à insister sur le fait que "tout se passe très bien" avec l’accueil des demandeurs d’asile dans sa ville. "Ça s’est toujours bien passé, a-t-il assuré.  Les voisins sont extraordinaires avec ces gens qui sont isolés, qui sont perdus, qui veulent s’intégrer et dont les enfants vont à l’école." 

Une pétition pour dire que "tout se passe bien" avec les réfugiés

Et pour prouver sa bonne foi, le maire de Bègles a récemment signé une pétition rédigée par le maire de Dijon François Rebsamen. Celle-ci a pour but de montrer que "tout se passe bien dans nos villes avec l’accueil des réfugiés et que nous sommes consternés par les propos abjects de Monsieur Wauquiez et de ses amis, qui sont en train de labourer sur les terres du FN", a déploré Noël Mamère. 

En vidéo

Réfugiés : "la position prise par Cazeneuve est cohérente", selon Noël Mamère

"Choqué" par les propos des Républicains

Le député s’est, en effet, dit "choqué" par les propos de Laurent Wauquiez, président par intérim des Républicains. Ce "président d’une grande région de 8 millions d’habitants [...] est en train de crier au loup parce que l’Etat veut y installer 1200 réfugiés ?", s’est-il étonné. 

Laurent Wauquiez a récemment déclaré qu’il s’opposait à l’accueil de migrants de la jungle de Calais dans sa région Auvergne-Rhône-Alpes. "C’est de la folie", a-t-il souligné. "Le gouvernement n’est pas en train de démanteler Calais, on se résout pas Calais, on va multiplier des Calais partout en France", a affirmé le président par intérim des Républicains à nos confrères de RTL.  Des déclarations qui font écho à celles de Christian Estrosi, actuel maire de Nice et président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, qui expliquait sur le plateau de LCI, mardi 13 septembre, que ce plan allait créer des "micro-jungles de Calais" en France. 

Laurent Wauquiez encourage les élus locaux à s’opposer à ces décisions qu’il considère comme "imposées sans la moindre concertation". Pourtant, Noël Mamère assure que dans sa commune,  l’accueil de demandeurs d’asile s’est fait en  "concertation avec l’Etat, le diaconat et avec la ville de Bègles". Et il l’assure : en fonction des besoins de l’Etat et si sa commune en a les moyens, elle est prête à accueillir de nouveaux réfugiés. 

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter