Benalla a utilisé "ses passeports une vingtaine de fois" entre août et décembre, selon le directeur de cabinet de Macron

Politique

Toute L'info sur

Benalla, l'affaire sans fin

AUDITIONS - Les auditions de la commission d'enquête du Sénat reprennent ce mercredi 16 janvier. Le chef de cabinet du président de la République, Patrick Strzoda, révèle qu'Alexandre Benalla a utilisé ses passeports diplomatiques "presque une vingtaine de fois" entre le mois d'août et de décembre 2018.

Ce mercredi 16 janvier marque le retour des auditions de la commission d'enquête du Sénat sur l'affaire Benalla. Et avec elles, le retour des révélations. En cette seconde phase d'entretiens par les sénateurs et sénatrices, les questions portent sur deux points très précis : les passeports diplomatiques ainsi que le téléphone sécurisé conservés par Alexandre Benalla, ancien collaborateur de l'Elysée visé par plusieurs enquêtes, après son licenciement.

Patrick Strzoda, directeur de cabinet du président de la République, est celui qui ouvre le bal, en début d'après-midi. Au sujet des passeports diplomatiques dont il est établi qu'ils n'ont pas été restitués à l'employeur après le départ d'Alexandre Benalla, le directeur de cabinet confirme qu'ils n'ont pas pris la poussière dans un tiroir. Puisque, d'après les très récentes informations qui ont été portées à sa connaissance , l'ancien employé de l'Elysée "a utilisé presque une vingtaine de fois ses passeports entre le 1er août 2018 et le 31 décembre. 

"La première utilisation est du 1er au 7 août, les autres s'étendent sur les mois d'octobre, novembre et décembre". La presse avait d'ores et déjà révélé qu'Alexandre Benalla avait effectué plusieurs voyages en Afrique et notamment au Tchad, au moyen de passeports diplomatiques. 

Quant aux passeports de service qu'il détenait aussi, ils ont été invalidés le 31 juillet, affirme Strzoda. Néanmoins, ce sur ce point, nous apprenons une nouvelle information au cours de cette audition. Le directeur de cabinet du président de la République indique en effet que le parquet de Paris a été saisi récemment, au titre de l'article 40, suite à la suspicion d'une "falsification". En effet, Alexandre Benalla aurait demandé au ministère de l'Intérieur son second passeport de service via une note dactylographiée, sur papier à en-tête du chef de cabinet et ...non signée de manière manuscrite. 

Plusieurs demandes de restitution

Interrogé sur les moyens mis en oeuvre pour récupérer ces documents importants, Patrick Strzoda détaille que "dès le 26 juillet, le ministère des affaires étrangères a écrit à monsieur Benalla pour lui demander de restituer les deux passeports en sa possession. Ces passeports n’ayant pas été rendus, la cheffe de bureau a réécrit le 10 septembre. J’ai été informé que les passeports n’avaient pas été retournés début octobre. J’ai moi-même fait un courrier le 9 octobre au responsable du protocole de l’Elysée pour lui demander de faire le nécessaire pour reprendre possession de ses passeports. Et le 15 octobre, il me répond qu’il a transmis ma demande au ministère des affaires étrangères. Donc, depuis le 26 juillet, toutes les diligences ont été faites à l’Elysée pour demander que les passeports soient restitués et invalidés". 

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, seront interrogés sur le même point dans la soirée. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter