Bernard Tapie explique qu'il revient en politique pour lutter contre le chômage des jeunes

Politique

POLITIQUE – Invité sur le plateau de France 2, l’ancien ministre et homme d’affaires, qui a annoncé dimanche son retour en politique, a expliqué que ce qui motivait sa décision était notamment le chômage chez les jeunes.

Il veut revenir en politique pour aider les jeunes. Et montrer qu’ils ne sont ni "paresseux", ni "mal formés". Bernard Tapie était attendu sur le plateau du JT de France 2, lundi soir, pour expliquer les raisons de son retour en politique, dont l’ annonce dimanche a surpris et fait réagi r. Mais l’ancien ministre et homme d’affaires n’a pas dit grand-chose… ou plutôt axé toute son intervention sur le problème du Front national et du chômage chez les jeunes. Et donc soigneusement évité de donner des détails sur sa démarche personnelle.

Bernard Tapie a rapidement assuré qu’il réfléchissait à ce retour au politique "depuis huit mois", et que cette décision n’était donc aucunement liée à ses récents déboires judiciaires : la semaine dernière, la cour d'appel de Paris lui a en effet ordonné de rembourser les 404 millions d'euros obtenus en 2008 d'un tribunal arbitral privé pour mettre un terme à son vieux litige sur la revente d'Adidas.

Flou sur le fond

"Le vrai problème est le résultat des élections", a insisté Bernard Tapie. "78% d’abstention chez les jeunes, et pour ceux qui votent, c’est un vote FN…"  Aux questions du journaliste sur les raisons de cet engagement, l’ex-ministre s’est contenté de développer à chaque fois son constat : pour lui, ce vote extrême est directement liée au chômage : "30% des jeunes de ma région sont au chômage. C’est à mettre en relation directe avec le fait qu’ils ne votent pas, ou qu’ils votent FN. Le système ne va pas", a analysé Bernard Tapie. "A l’heure actuelle, on pourrait croire que la jeunesse n’est pas ambitieuse, ou est paresseuse, ou pas bien formée. Il faut modifier les structures pour aider les jeunes à sortir du chômage."

Mais sur la teneur de son engagement, il est resté très flou. Interrogé sur le fait de savoir s’il allait se présenter à la prochaine présidentielle, Bernard Tapie a répondu qu'"il n'y aurait pas de réponse aujourd’hui". Mais il a indiqué que, d’ici fin janvier, il allait faire un "topo" sur ce qu'il se "propose de faire" pour résoudre ce problème des jeunes au chômage. Quant à savoir s’il soutiendra davantage Nicolas Sarkozy ou François Hollande, l’ancien ministre a rétorqué que cela "n’avait aucun intérêt", se contentant de répéter qu’on ne peut "pas avoir un pays dont 25-30% de la population est au chômage".

Quoi qu'il en soit, les quelques minutes d'interview, restées très floues, n'ont pas vraiment convaincu, sur les réseaux sociaux.

 A LIRE AUSSI
>> Bernard Tapie fait son retour en politique

>> Retour de Bernard Tapie : "S'il était candidat en 2017, son pouvoir de nuisance serait assez faible"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter