Bernard Tapie fait son retour en politique

Politique

Bernard Tapie revient. Dans une interview au JDD, l'homme d'affaires annonce son retour en politique. Avec 2017 en ligne de mire.

Fini Tapie ? Pas si sûr. À 72 ans, l'homme d'affaires, chanteur, acteur, écrivain, patron de presse revient jouer des coudes dans le jeu politique. Dans une interview au Journal du Dimanche , il se présente en héraut de la lutte contre le Front national et ne cache pas ses ambitions pour 2017.

"Interdire le chômage des jeunes"

Dans sa première annonce, Bernard Tapie prévoit "d'interdire" le chômage des jeunes "en réinvestissant tous les fonds actuellement engloutis dans des formations et programmes inefficaces". Un programme ambitieux, mais pas très original. Déjà en 1994, il avait promis de rendre "illégal" le chômage des jeunes, alors qu'il était député des Bouches-du-Rhône.

Il dit vouloir "mettre sur pied, d'ici à fin janvier, un premier projet pour la remise en activité de tous les 18 à 25 ans" et remettre ce "plan aux chefs de groupe de l'Assemblée nationale, du Sénat, et aux ministères concernés".

Faire barrage au FN

L'autre ambition de Bernard Tapie, c'est de s'opposer au Front national. Et pour cela, l'homme d'affaires compte bien capitaliser sur ses "succès" passés. "Personne ne peut contester mes succès passés face au FN, notamment aux européennes de 1994, quand je l’avais ramené, comme je l’avais promis, à 10 % des voix. C’est toujours faisable à condition d’adopter les bonnes méthodes." Avec le Mouvement des radicaux de gauche, Benard Tapie avait devancé le FN dans les urnes, obtenant 13 sièges de députés contre 11 pour le parti de Jean-Marie Le Pen.

EN SAVOIR + >> VIDÉOS - Quand Bernard Tapie faisait le show face à Le Pen

Échapper à la justice ?

Grosse ombre au tableau pour Bernard Tapie, ses déboires judiciaires. L'homme d'affaires traîne une condamnation extrêmement lourde : il doit rembourser les 400 millions d'euros qu'il avait touché dans l'affaire dite du Crédit Lyonnais. Une somme pharaonique que Bernard Tapie pourrait avoir à rembourser rubis sur l'ongle si le jugement de la cour d'appel de Paris est confirmé. Un remboursement qu'un retour en politique et un éventuel mandat pourraient repousser en vertu de l'immunité accordée à certaines fonctions politiques.

L'affaire du Crédit Lyonnais est par ailleurs loin d'être close. Soupçonné de fraude, l'arbitrage privé qui avait donné raison à Bernard Tapie contre la banque fait aujourd'hui l'objet d'investigations approfondies. Christine Lagarde, alors ministre de l'Economie, va d'ailleurs comparaître devant la Cour de justice de la République pour "négligence dans la gestion de fonds publics". L'actuelle patronne du FMI est soupçonnée d'avoir intercédé en faveur de Bernard Tapie et d'avoir, en choisissant un arbitrage privé pour régler le différend qui l'opposait au Crédit Lyonnais, favorisé l'homme d'affaires qui avait obtenu plus de 400 millions d'euros de dommages et intérêts.

EN SAVOIR + >> Tout savoir sur l'affaire du Crédit Lyonnais

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter