Béziers : quand la droite de Ménard déraille

Béziers : quand la droite de Ménard déraille

IDÉES NOIRES - Le maire de Béziers a convié dans sa ville ce week-end le peuple de droite afin de "se poser les bonnes questions et d’y apporter de vraies réponses" en vue de 2017. Le débat a bien eu lieu mais certaines revendications sont déroutantes.

Entre 1500 et 2000 personnes ont fait le déplacement ce week-end pour les Rendez-vous de Béziers. Son maire, Robert Ménard, a organisé une série de conférences thématiques. Il présentera dimanche 50 propositions qu’il espère voir reprendre par des candidats à l’élection présidentielle en 2017.

Au cours de ces conférences, les intervenants ont pu débattre avec les participants dans une ambiance pas toujours bienveillante. Parmi les thèmes abordés, l’immigration et les questions de sécurité et de justice notamment. Retour sur les revendications les plus iconoclastes…

EN SAVOIR +
>>  Qu'est-ce que c'est que cette "vraie droite" qui se rassemble à Béziers ? >>  "La vraie droite" à Béziers, le FN minimise

 La Rémigration et une politique nataliste raciste
En 2010, Renaud Camus a développé la théorie du "grand remplacement". Selon lui, l’Europe (et donc la France) serait en train de subir le remplacement de sa population par une autre, en raison des politiques d’immigration menées depuis plusieurs décennies.

Cette théorie, extrêmement contestée, a rencontré une très forte adhésion de la part des participants présents. Et même en dépit de la moindre preuve, Renaud Camus l’assure : "Cela crève les yeux que le grand remplacement est en œuvre". Une participante, interrogée en marge de cette conférence, indique d’ailleurs que "dans les écoles, ça se voit, parce qu’ils font 25 gamins…"

Pour s’en défendre, Renaud Camus et ses partisans plaident pour la "rémigration", c’est-à-dire le renvoi dans leur pays d’origine de toutes les personnes qui refusent de s’intégrer. Un retour au pays qui serait en revanche volontaire, nous précise l’écrivain : "Ceux qui ne se revendiquent pas Français et qui désirent vivre dans un pays islamique, qu’il y aillent…". "Toute personne qui se promène avec une tenue prosélyte, il prend ses cliques et ses claques", a résumé un participant, non sans susciter les applaudissements nourris de la salle.

Enfin, quelques participants ont évoqué le recours à une politique nataliste pour compenser ces départs. Mais "réservée aux blancs", énonce l’un d’entre. Pour les "vrais Français et pas les Français de papier", précise un second. "Cela a déjà marché en France à une époque que je ne citerai pas", a-t-il ajouté.

► Haro sur les prisons islamistes
Lors de la conférence sur les questions de sécurité et de justice, un participant a prétendu que les prisons françaises étaient dirigées par les islamistes. Une réflexion qui a rencontré l’assentiment de l’avocat Thibault de Montbrial, qui a d’ailleurs déploré que "la radicalisation commence à contaminer les surveillants".

Les origines et nationalités, réelles ou supposées, des prisonniers ont également été pointées du doigt. "Quand les Italiens, les Espagnols ou encore les Polonais sont venus en France, ils n’ont pas rempli nos prisons, eux. Car les noms des délinquants aujourd’hui n’ont pas une consonance très normande", a lancé un participant. "A la porte de Fleury-Mérogis, le Bourguignon est rare", a ajouté un second quelques minutes plus tard.

Enfin, pour rendre compte de cette réalité très personnelle, une participante a suggéré de "montrer systématiquement le visage et donner le nom des délinquants et des criminels pour montrer la vraie identité de ces gens-là". A Béziers, le terrain est défriché, avec les aveux de l'édile concernant le fichage des enfants musulmans selon leur prénom auquel il avait procédé, voilà quelques mois.

EN SAVOIR + >> Robert Ménard, maire de Béziers et édile de la provoc'

► Développer le port des armes pour les civils
L’idée a été défendue par l’avocat Thibault de Montbrial, présent sur place. Mais de nombreux de participants assistant à la conférence sur les questions de sécurité et de justice l’ont également développée. L’un d’eux a expliqué : "L’Etat n’assure plus ses missions en matière de sécurité."

Si le pénaliste a pris soin d’indiquer ne pas vouloir "encourager les gens à s’armer de manière illégale", il a en revanche plaidé pour favoriser le port d’armes auprès des civils. Il a également défendu le port des armes 24h/24 et 7j/7 pour les personnes habilitées à les utiliser, y compris les policiers municipaux. Là aussi, il est sur un terrain conquis. Robert Ménard avait fait grand cas de sa campagne d'armement de sa police municipale, au début de son mandat.

EN SAVOIR + >> Port d'armes pour les policiers municipaux : Robert Ménard manipule un "sondage"

Enfin, il a milité pour la notion de "sanctuarisation du domicile", c’est-à-dire que toute personne puisse ouvrir le feu en toutes circonstances sur quelqu’un qui a pénétré dans son domicile, et pas seulement en cas de légitime défense. Aux Etats-Unis, où le port d'armes est défendu par la Constitution, les accidents liés aux armes à feu font régulièrement la Une de la presse. Une étude de 2015 avait même calculé que chaque semaine, un "bébé tueur" était impliqué dans un accident d'arme à feu.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Sans le nommer, Emmanuel Macron critique Eric Zemmour sur les prénoms

Diagnostics énergétiques : mauvaise surprise pour les propriétaires

Éric Zemmour sur LCI : nous avons vérifié 6 de ses déclarations

REVIVEZ - PSG-Manchester City (2-0) : la soirée magique de Paris, premier but de Messi

Déremboursement des tests : esquiver le pass sanitaire jusqu'au 15 novembre, une stratégie viable ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.