Bonus-malus sur les contrats courts, règles d'indemnisation... Edouard Philippe détaille la réforme de l'assurance-chômage

Politique

Toute L'info sur

La présidence Macron

CHÔMAGE - Edouard Philippe a détaillé ce mardi les contours de la réforme de l'assurance chômage, une semaine après sa deuxième déclaration de politique générale, point de départ souhaité d'un "acte II" du quinquennat Macron.

Le gouvernement a présenté mardi une vaste réforme de l'assurance chômage durcissant les règles d'indemnisation, 

renforçant l'accompagnement des chômeurs et frappant au portefeuille les entreprises abusant des contrats courts, une réforme immédiatement brocardée par les syndicats qui ont fait part de leur "colère".


La réforme vise jusqu'à 250.000 chômeurs en moins et 3,4 milliards d'euros d'économies d'ici fin 2021, a expliqué le Premier ministre, Edouard Philippe, en présentant ces mesures à Matignon aux côtés de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

A partir du 1er novembre, il faudra avoir travaillé six mois sur les 24 derniers mois au lieu de quatre mois sur 28 pour accéder à l'assurance chômage et les conditions de "rechargement" des droits seront également durcies: il faudra avoir travaillé six mois au lieu d'un pendant sa période de chômage pour voir son indemnisation prolongée d'autant.


Quant aux demandeurs d'emploi qui avaient un revenu de travail supérieur à 4.500 euros brut par mois, ils verront leur indemnisation réduite de 30% à partir du septième mois, une mesure qui ne s'appliquera pas aux plus de 57 ans. Un système de bonus-malus sur les contrats courts va être mis en oeuvre le 1er janvier 2020 dans sept secteurs de l'économie, dont l'hébergement et la restauration ou encore l'agroalimentaire mais pas dans le bâtiment et la santé, pourtant gros utilisateurs de CDD. Une taxe de 10 euros par CDD d'usage va être créée pour ce contrat spécifique.


Mme Pénicaud a par ailleurs annoncé le recrutement de plus de 1.000 nouveaux conseillers Pôle emploi pour trois ans, afin de proposer de nouveaux services d'accompagnement à partir de janvier 2020, mettant fin à trois années de diminution d'effectifs.  L'opérateur public était critiqué pour son insuffisance (délais trop longs pour obtenir un rendez-vous ou une entrée en formation, conseillers aux portefeuilles surchargés, etc).


Par ailleurs la réforme élargit les droits au chômage pour les démissionnaires et indépendants. Mme Pénicaud a précisé que les mesures ne s'appliqueraient pas aux chômeurs actuels.

Des mesures immédiatement fustigées par les syndicats auxquels elles ont été présentées juste avant la conférence de presse du gouvernement, les partenaires sociaux ayant été tenus à l'écart des arbitrages. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter