Bruno Gaccio : "Le FN peut gagner en 2017"

Bruno Gaccio : "Le FN peut gagner en 2017"

INTERVIEW - L'ancien auteur des Guignols et toujours impertinent Bruno Gaccio publie "Mais non Mme Martin, c'est pas compliqué l'économie !", une critique des dérives du capitalisme à travers les portraits de sept femmes frappées de plein fouet par la crise. Economie, montée du FN, Guignols de l'info... Il a répondu aux questions de metronews.

Figure des "Guignols de l'info" durant 15 ans, Bruno Gaccio a raccroché les marionnettes depuis longtemps mais conserve son œil critique et sa plume mordante. Sur fond de crise grecque et de montée du Front national, l'écrivain et scénariste - engagé politiquement avec la formation de gauche Nouvelle Donne -, revient aujourd'hui avec "Mais non Mme Martin, c'est pas compliqué l'économie!"*, une galerie de portraits de victimes consentantes ou non des dérives du capitalisme. Entretien avec un observateur acerbe de la société et des règles économiques qui la régissent.

Votre livre raconte des cas concrets de personnes frappées par la crise. Il faut incarner la crise pour la rendre compréhensible ?
Toutes ces personnes, je les ai rencontrées d'une manière ou d'une autre. Je donne l'exemple d'une Mme Martin de Rouen qui a choisi de gagner peu et vivre simplement, mais qui veut en contrepartie être libre. Elle refuse par exemple de contracter un crédit. Et pourtant, sans rien demander ni devoir rien à personne elle va se retrouver avec une dette à régler à cause de promoteurs immobiliers. Aussi impensable que cela puisse paraître, c'est la situation qu'ont connue un certain nombre d'habitants de l'île de Ré.

Vous dénoncez en parallèle la montée du FN. Est-ce la conséquence directe de la crise ?
Toutes les crises ne contribuent pas à la montée d'un fascisme larvée. Mais cette crise-là, elle ressemble à celle de 1930, quand la démocratie ne voulait plus rien dire. Aujourd'hui, on a l'impression qu'on peut élire qui on veut, ça ne changera rien à la politique économique. Les Grecs en savent quelque chose.  Le FN sera au deuxième tour en 2017, c'est quasiment acté. Et il peut gagner. J’entends depuis quelque temps une petite musique en France qui consiste à dire : "vous voyez les Grecs, ils ont été raisonnables, ça n'a pas marché. Nous, on va sortir de l'Euro, on va fermer nos frontières." Autant de mesures économiquement dangereuses.

Votre livre est dédicacé à l’ex-ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis. Est-ce un modèle pour vous ?
Ce n'est pas un modèle. Les politiques ne sont pas reproductibles. La Grèce et la France n'ont pas la même histoire, pas le même fonctionnement. Mais c'est un intellectuel qu'il faudrait écouter, comme des centaines d'autres qui disent que ce système ne fonctionne pas et qu'il faut se libérer de la monnaie, du crédit et de la dette.

Votre caricature du capitalisme incarné par la marionnette de Sylvester Stallone et la World Company dans les Guignols a plus de 20 ans. Elle est plus que jamais d'actualité. Nous n'avons rien appris depuis ?
On a laissé faire la pire des choses en remettant le pouvoir entre les mains de conseils d'administration non élus. Alors aujourd'hui, le médiocre nous paraît acceptable.

Vous avez incarné les Guignols de l'info pendant 15 ans, comment avez-vous vécu les menaces de suppression de l'émission cet été ?
Je ne l'ai pas bien pris. En même temps c'était mon bébé. Mais ça fait huit ans que j'ai quitté les Guignols et honnêtement j'ai très peu de nouvelles de ce dossier. M. Bolloré a dit qu'il voulait développer les Guignols à l'international. Je ne ferai pas de procès d'intention. Si j'étais toujours aux Guignols et qu'on me disait : "on a un projet international, on va mettre les moyens", je répondrais : "Ok, je vais voir".

Est-ce qu'il faut rechercher les raisons du bouleversement des Guignols dans la perspective de la présidentielle, selon vous ?
Franchement non. Je me dis qu'il n'y a pas que Sarkozy que ça arrange. Si vous regardez bien, la droite a remporté toutes les élections quand j'étais aux Guignols. On a fait perdre Jospin, si on va par là. Si Nicolas Sarkozy devait se plaindre de quelque chose aujourd'hui, ce ne serait pas des Guignols mais du Petit Journal, qui est bien plus incisif et moderne.

Reprendre une émission satirique, ça ne vous démange pas ?
J'adorerais. Vous avez un endroit où je peux le faire ?

* Mais non Mme Martin, c'est pas compliqué l'économie, sortie prévue pour le 8 octobre aux éditions Les Liens qui Libèrent (LLL)

À LIRE AUSSI
>> 'Les Guignols de l'info' nouvelle génération sont toujours en chantier !
>> Grèce : Yanis Varoufakis en 5 phrases chocs

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

EN DIRECT - Tensions à Jérusalem, frappes sur la bande de Gaza : Washington condamne "une escalade inacceptable"

Mort de Michel Fourniret : "Il était incapable de donner des informations", réagit le père d'Estelle Mouzin

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Cinq départements désormais en alerte orange pluie-inondation

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.