Budget 2020 : que recouvre la hausse critiquée de la dotation de l'Elysée ?

Budget 2020 : que recouvre la hausse critiquée de la dotation de l'Elysée ?
Politique

Toute L'info sur

La présidence Macron

FINANCES - L'Assemblée nationale a voté mardi soir une hausse de 2,2% de la dotation de la présidence de la République. Une augmentation justifiée notamment par l'intégration des dépenses de sécurité, mais cela n'explique pas tout. Depuis 2017, le budget de l'Elysée a augmenté de près de 9 millions d'euros.

Le chef de l'Etat est-il trop dépensier ? C'est en tout cas ce qu'on laissé entendre certaines voix, comme celle des députés Nicolas Dupont-Aignan (DLF), Maxime Minot (LR) ou encore Christine Pires Beaune (PS), après le vote de mardi soir à l'Assemblée nationale. La majorité a en effet validé une nouvelle hausse de 2,2%, soit 2 millions d'euros, de la dotation dédiée à la présidence de la République. 

L'ancien député PS René Dosière, spécialiste du budget de l'Etat, a dénoncé le fait qu'Emmanuel Macron dépensait "plus que François Hollande", dont le dernier budget s'établissait à 101,7 millions d'euros, et critiqué le rapport de la commission des finances, trop peu sourcilleux à son goût. 

Une hausse justifiée par un nouveau périmètre budgétaire

La majorité a justifié la hausse de la dotation par "un effet de périmètre". En 2020, en effet, c'est le budget de la présidence qui prendra en charge "les dépenses de fonctionnement et d'équipement des militaires, de la gendarmerie et des policiers affectés à la Direction de la sécurité de la présidence de la République (DSPR)", soit 1,7 million d'euros, comme le note le rapport de la commission des finances du Sénat. Si l'on exclut ce nouveau périmètre, la hausse de la dotation se cantonne à 628.000 euros à périmètre constant, comme l'a relevé la rapporteure UDI à l'Assemblée Patricia Lemoine. 

Toutefois, la hausse réelle du budget de l'Elysée est supérieure à ces chiffres. La seule dotation pour la présidence de la République atteindra bien au total 105,3 millions d'euros en 2020, soit 2 millions d'euros de plus qu'en 2019. Mais cette dotation représente en moyenne 95% du budget de l'Elysée, ce dernier finançant le montant restant avec des ressources propres. Ainsi, le budget global de l'Elysée pour 2020 atteindra en réalité 110,5 millions d'euros, contre 106,8 millions en 2019, soit une hausse de 3,7 millions d'euros. C'est précisément ce que pointe René Dosière.

Lire aussi

Des dépenses en hausse

Si l'on se réfère au projet de budget pour 2020, on observe que les dépenses de personnel de l'Elysée augmentent très peu (+ 0,01%), de même que les dépenses de fonctionnement (+ 1,41%). Les dépenses liées à l'action présidentielle tendent même à diminuer de 4,3%. En revanche, les déplacements présidentiels augmentent de 4% (une hausse expliquée par les sommets type G20 en Arabie saoudite et G7 aux Etats-Unis). 

Surtout, les dépenses d'investissement, qui tendaient à diminuer en 2019, vont augmenter de 60%. Elles recouvrent notamment des travaux de "modernisation des infrastructures et des équipements informatiques, numériques et audiovisuelles" et la poursuite de la "mise à niveau des dispositifs d'équipement de sécurité", selon le rapport du Sénat. Mais elles tiennent aussi à un "important programme immobilier", avec des projets de réaménagement qui concernent l'Elysée, mais également le site de l'Alma, dépendance de la Présidence (7e arrondissement de Paris) qui abrite 70 appartements dont une partie sont occupés par des proches collaborateurs du chef de l'Etat. 

L'Elysée puise dans ses réserves

Les opérations immobilières, toujours selon le rapport du Sénat, sont réalisées "en autofinancement", c'est-à-dire que l'Elysée puise sur ses propres réserves pour les financer, au moyen de la vente de biens immobiliers lui appartenant mais aussi de sa trésorerie. Dans le budget 2020, les sénateurs observent ainsi que les prélèvements sur la trésorerie bondissent de 60%. Selon René Dosière, il s'agit de fonds qui avaient été constitués sous François Hollande, qui avait réduit le train de vie de la présidence sous son quinquennat. 

Conclusion : si la dotation augmente de façon mesurée, c'est aussi parce que l'Elysée empiète sur ses ressources propres afin de financer la hausse bien réelle de son budget. 

Une hausse régulière depuis 2017

Sous le quinquennat de François Hollande, la dotation de la présidence de la République avait fortement diminué (tableau ci-dessous) sur fond d'économies sur les déplacements, le train de vie de l'Elysée, de réduction des salaires et des effectifs. Depuis 2018, la dotation - bien que restée stable en 2019 - a inversement augmenté de 5 millions d'euros, sans pour autant atteindre le niveau de la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Le budget global de l'Elysée (dotations + ressources propres) a quant à lui augmenté de près de 9 millions d'euros depuis 2016, pour passer de 101 à plus de 110 millions d'euros en 2020. Une évolution justifiée principalement par les dépenses de sécurité, mais qui est également liée aux opérations de rénovation menée depuis deux ans, ainsi qu'à la hausse des dépenses de personnel et de fonctionnement. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter