Le budget de l'Elysée a-t-il vraiment "diminué" depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron ?

Politique
FACT CHECK - Interrogé sur "l'affaire" de la piscine de Brégançon et sur la vaisselle de la manufacture de Sèvres, le secrétaire d'État de l'Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, a estimé sur LCI que ces polémiques étaient vaines car le chef de l'Etat a "diminué le budget de la présidence de la République". Qu'en est-il vraiment ?

Le projet de piscine au fort de Brégançon ? Un “faux procès” pour le secrétaire d'État de l'Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, qui était interrogé ce jeudi dans la matinale de LCI à propos de la polémique montante. Invité à s'exprimer sur les dépenses publiques récentes d'Emmanuel Macron - qui posent question dans un contexte social où l'Etat demande aux Français de faire des efforts - il a estimé que ces débats n'en étaient pas. Selon lui : “Le président de la République a diminué le budget de l’Elysée, il a diminué le budget de la présidence de la République”. 


Or le rapport de l'Assemblée nationale sur les dotations budgétaires des pouvoirs publics fait état d’une prévision d'augmentation de 3% du budget de la présidence de la République pour 2018.

Plus exactement, dans ce rapport fait au nom de la Commission des finances, de l’économie et du contrôle budgétaire sur le projet de loi de finances pour 2018 (n° 235), par M. Joël Giraud, rapporteur général et député, on peut lire dans l’annexe n°32 du rapporteur spécial  M. Philippe Vigier :

"Quant à la hausse de 3 % – 3 millions d’euros – de la dotation demandée en 2018, elle est justifiée :


– par la hausse des dépenses de sécurité des personnes et des biens (du reste, le budget initial pour 2017 a été revu dès avril 2017, passant de 100,25 millions d’euros à 103,35 millions en AE et 103,417 millions en CP afin d’intégrer des dépenses d’investissement liées à la sécurité) ;


– par la nécessité de sécuriser davantage les systèmes infrastructures informatiques et de télécommunication ;


– enfin, par l’installation dans le palais de l’Élysée de la nouvelle structure de pilotage du renseignement créée par le décret n° 2017-1095 du 14 juin 2017, la Coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme (CNRLT) – la « Task Force » souhaitée par le Président pour permettre, au plus haut niveau de l’État, une réponse optimale et immédiate aux menaces et aux situations de crise."

Alors d'où vient la baisse du budget de l'Elysée évoquée par Olivier Dussopt ? Contrairement à ce qu'a indiqué le secrétaire d'Etat, c'est en fait François Hollande - et non Emmanuel Macron- qui a baissé le budget de l'Elysée.  Contacté par LCI, Chistophe Guérin-Linxe, conseiller du secrétaire d'Etat de l'Action et des Comptes publics, explique en effet qu'Olivier Dussopt "faisait référence à la baisse du budget de l'Elysée intervenue en 2017" - votée sous la présidence de François Hollande donc - et sur lequel Emmanuel Macron n'est pas revenu... avant d'augmenter le budget de l'Elysée de 3% en 2018. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter