Budget des droits des femmes : l'ancienne ministre Laurence Rossignol tire la sonnette d'alarme

Budget des droits des femmes : l'ancienne ministre Laurence Rossignol tire la sonnette d'alarme

DirectLCI
SOUS TENSION - Inquiète de voir les crédits alloués au secrétariat d'Etat à l'Egalité femmes-hommes, l'ancienne ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol a adressé une lettre à Edouard Philippe pour leur éviter une coupe, invoquant notamment leur faiblesse.

L'annonce des quelques milliards d'économies dans le budget de fonctionnement des ministères faite par Gérald Darmanin continue de faire des vagues. Après le budget de la Défense, qui a valu au patron de la Grande muette de se fâcher contre le président de la République en commission de Défense et d'être aussitôt recadré, c'est le budget alloué à la défense des droits des femmes qui suscite quelques remous.


Alors que, le 16 juillet, le Journal du Dimanche laissait entendre que le budget du ministère pourrait baisser de 25%, plusieurs associations de défense des droits des femmes avaient craint que cela ne cause du tort à la lutte contre les violences sexuelles. Contactée par LCI, la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes Marlène Schiappa avait assuré que ces baisses ne concerneraient pas ces organismes, indiquant notamment que ce serait sur les frais de fonctionnement qu'elle comptait soulager son budget... ce que n'avait pas entièrement confirmé son entourage à LCI. 

Une "nanoparticule"

Mais cet engagement n'a pas rassuré la dernière titulaire du poste, l'ex-ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol, comme l'a relevé Le Lab. Au point que cette dernière a adressé à Edouard Philippe un courrier où elle l'appelle à "épargner" les financements en question.

En rappelant le budget alloué au secrétariat d'Etat (30 millions d'euros), la sénatrice socialiste s'interroge : "Quel montant pouvez-vous en espérer ? Quelques millions d'euros ? Une nanoparticule dans les 4,5 milliards que vous cherchez." Et de rappeler que les associations de défense des droits des femmes sont "déjà en tension", alors que deux tiers des crédits du secrétariat d'Etat leur sont versés. De quoi amener Laurence Rossignol, qui rappelle notamment que l'égalité femmes-hommes doit devenir, selon les mots de sa successeure, une Grande cause nationale, à réclamer que le Premier ministre "épargne le budget du secrétariat d'Etat à l'égalité femmes-hommes".

Plus d'articles

Sur le même sujet