Budget pour l’égalité femmes-hommes : 25.000 euros manquent-ils vraiment à l’appel ?

Politique

MAUVAISE SURPRISE - Dans le texte de loi finances publié par Bercy ce vendredi, un collectif féministe a découvert que le budget alloué à l'égalité femmes-hommes baissait de près de 25.000 euros. Une réduction qu'a démentie la secrétaire d'Etat concernée, Marlène Schiappa.

La "grande cause du quinquennat" perdrait-elle des deniers ? C’est la mauvaise surprise du projet de loi de finances 2020, publié ce vendredi 27 septembre, où l’on découvre que le budget alloué à l’égalité entre les femmes et les hommes a été réduit cette année. De quoi faire réagir les associations, suivies d’une députée, et pousser la principale concernée, Marlène Schiappa, à réagir.

Lire aussi

"C'est quoi cette blague ?"

Alors que le président de la République déclarait en novembre 2017 faire de la lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes son fer de lance, et alors que le Grenelle des violences conjugales n’est pas encore terminé, cette nouvelle réduction est mal passée. Car dans le document, c’est écrit noir sur blanc : avec 29.845.831 euros alloués, l’enveloppe financière baisse de 25.750 euros.

Le collectif féministe #NousToutes, qui ne cesse d’alerter sur les féminicides, a donc interpellé le gouvernement sur Twitter. Alors qu’il demande, au contraire, à ce qu’un milliard d’euros soit investi dans la protection et la prévention des violences faites aux femmes, le groupe juge cette décision comme "incompréhensible", voire même un "très mauvais signal". Et en profite pour rappeler, avec le dorénavant traditionnel hashtag #1MilliardPasDesMiettes, qu’une mobilisation est prévue le 23 novembre prochain.

Comme le collectif, une députée a elle aussi partagé son mécontentement… Mais uniquement quelques heures. Dans un tweet supprimé à midi, l'élue LaREM Perrine Goulet menace ce samedi de ne pas voter "ce sujet en l’état", et demande à Bercy de "revoir sa copie". 

"Mon budget ne baisse pas"

Un message qui a rapidement fait réagir au gouvernement. Toujours sur les réseaux sociaux, Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, défend que "pas un euro ne manquera dans ce budget." Un axe de défense repris par Marlène Schiappa qui assure vouloir travailler "sur une meilleure lisibilité". 

Car c’est bien ce manque de "lisibilité" qui est au centre de la polémique. Dans le texte de Bercy, il est écrit que "l’effort en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes est préservé et les crédits du programme dédié intégralement maintenus en 2020." Alors où sont passés les 25.0000 euros ? En décortiquant les 326 pages du projet loi de finances, on découvre qu'une baisse est, en effet, amorcée du côté des "dépenses de fonctionnement". Entendre par là les frais tels que la rémunération des personnels, entretien et fourniture, emprunts, etc. 

Il faut ensuite noter que, si le budget de cette mission interministérielle n’est pas revu à la hausse, le projet de loi finances souligne de nouveaux dispositifs coûteux non pris en charge par le cabinet de Marlène Schiappa. Il s’agit par exemple du "service public de versement des pensions alimentaires", dont les 40 millions d’euros seront pris en charge dans le budget de la Sécurité sociale, et des 1000 places en hébergement d’urgence, dont les 5 milliards d’euros dédiés sont portés par le ministère de la Cohésion des territoires. Quoi qu’il en soit, il faudra donc attendre lesdites précisions de la ministre afin d’y voir plus clair.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter