Business France : le camp de la ministre réplique après les dernières révélations du "Canard"

Politique
DirectLCI
ENQUÊTE - L'extrait du rapport en question induirait que l'agence gouvernementale dirigée par l'actuelle ministre du Travail a restreint la concurrence au moment d'attribuer à Havas l'organisation du déplacement d'Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, à la French Tech Night de Las Vegas, en janvier 2016. Une thèse niée par la défense de la ministre.

Voilà qui devrait donner du grain à moudre au pôle financier du parquet de Paris, après l'ouverture d'une enquête pour "favoritisme et recel de favoritisme" dans le cadre de l'organisation du déplacement du ministre de l'Economie Emmanuel Macron à Las Vegas, en janvier 2016. Depuis mars 2017 et les révélations du Canard enchaîné, les projecteurs sont en effet fixés sur cette soirée, organisée par l'agence de communication Havas, à l'occasion de la French Tech Night.


Dans son édition du mercredi 12 juillet, Le Canard enchaîné dévoile les éléments d'un deuxième rapport qui vient jeter un sérieux doute sur les conditions d'attribution de ce marché et fragiliser la défense de Muriel Pénicaud, ministre du Travail d'Emmanuel Macron mais qui, à l'époque, était à la tête de Business France, agence publique chargée d'attribuer l'organisation de ce déplacement. La ministre, qui s'est défendue de tout favoritisme et répète à l'envi qu'elle a commandé un audit sur les dépenses somptuaires occasionnées par le déplacement pour plaider la bonne foi, voit en effet sa version quelque peu remise en question.

Business France prévenu dès décembre 2015

En effet, le rapport note notamment qu'elle a omis, en répondant à ces questions, d'évoquer l'existence du second audit, constitué par le cabinet Ernst & Young. Ce dernier fait notamment état d'un échange de mails où la directrice de la communication de Business France fait état d'une préférence pour le nom du prestataire : "Elle précise que Business France devra choisir "[Havas] idéalement". Interrogé sur ce point précis par LCI, le conseil de Muriel Pénicaud a insisté sur le fait que ce mail n'impliquait pas la ministre.


 Comme le précise Le Canard enchaîné, le nom de Muriel Pénicaud n'apparaît pour l'instant ni dans l'enquête, ni dans les fuites. Reste que, comme le raconte encore le Palmipède, le premier audit, qui avait relevé la nature astronomique de certaines dépenses, fait également valoir que Business France en avait été prévenu en 2015, donc avant le déplacement d'Emmanuel Macron. Ce qui contredirait la défense de la ministre, qui n'a eu de cesse de répéter qu'elle n'avait été informée de ces problèmes... qu'en février 2016. 

L'entourage de la ministre réplique

Le camp Pénicaud n'a pas tardé à répondre, son avocat diffusant un communiqué qui interprète ledit audit bien différemment.

Me Fabrice Dubest a ainsi fait parvenir d'autres extraits du rapport d'Ernst & Young que s'est procuré Le Canard enchaîné, et notamment sa conclusion, où le cabinet établit qu'il "n'a pas été identifié de participation personnelle de [Muriel Pénicaud] dans le cadre du marché, que ce soit au stade de l'attribution ou de l'exécution." 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter