Bygmalion : de "fausses factures" pour couvrir la campagne de Sarkozy ?

Politique
DirectLCI
POLITIQUE - Lors d'une conférence de presse, l'avocat de la société Bygmalion accuse l'UMP de lui avoir imposé des "factures litigieuses" pour dissimuler les dépenses de campagne de Sarkozy.

C'est une véritable bombe politique que vient de lâcher l'avocat de Bygmalion. Lors d'une conférence de presse donnée ce lundi, l'avocat de la société dirigée par des proches de Jean-François Copé accuse l'UMP de lui avoir imposé des "factures litigieuses" pour dissimuler des dépenses de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.

L'avocat de Bygmalion a dénoncé une "affaire des comptes de campagne" de Nicolas Sarkozy, évoquant un système mis en place "à la demande de l'UMP" pour dissimuler des dépenses liées aux meetings du président-candidat.

"Jean-François Copé n'est au courant de rien"

Evoquant des "fausses factures" puis de "vraies fausses factures", Me Patrick Maisonneuve a estimé à "plus de dix millions d'euros" les sommes litigieuses. Selon lui, des prestations liées aux meetings de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2012 étaient "indûment" imputées à des conventions facturées à l'UMP. Plus grave encore, le conseil de la société parle de "chantage économique" initié par le parti. Et d'ajouter : "On parle de l'affaire Bygmalion, mais je pense que c'est plutôt l'affaire des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy".

Ces nouvelles révélations impliquent pour la première fois depuis le début de cette affaire l'ancien président de la République. Contacté par metronews, un proche de Jean-François Copé maintient la version tenue par le patron de l'UMP. "Jean-François Copé n'est au courant de rien".  Pour l'heure, le bureau politique annoncé mardi au QG du parti est toujours maintenu alors qu'une perquisition est en cours dans les locaux de l'UMP et de Bygmalion, selon Europe 1. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter