Bygmalion, financement libyen de la campagne 2007 : l'agenda judiciaire chargé de Nicolas Sarkozy

Bygmalion, financement libyen de la campagne 2007 : l'agenda judiciaire chargé de Nicolas Sarkozy

TRIBUNAUX - Procès Bygmalion, financement libyen de sa campagne présidentielle, nouveau procès dans l'affaire des "écoutes"... ces prochains mois, l'ancien président, invité ce mercredi du 20H de TF1, aura de nombreux rendez-vous judiciaires.

Il se dit régulièrement victime d'un "acharnement judiciaire". Depuis sa retraite, l'ex-président de la République Nicolas Sarkozy est en effet sous le feu de nombreuses enquêtes. Lundi 1er mars, il a été condamné à trois ans d'emprisonnement dont un ferme pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite des "écoutes". Mais son avocate a très vite annoncé qu'il allait faire appel de sa condamnation. Cela a pour effet de suspendre le jugement, ce qui signifie que Nicolas Sarkozy est de nouveau "présumé innocent", a indiqué Me Laffont, en attendant la tenue d'un nouveau procès, d'ici un an.

Toute l'info sur

Affaire des "écoutes" : Nicolas Sarkozy condamné en première instance

D'ici là, s'ouvrira dès le 17 mars 2021 le procès Bygmalion, portant sur les frais de sa campagne présidentielle de 2012, dont il aurait dépassé le plafond d'environ 20 millions d'euros, soit environ le double des dépenses autorisées. Nicolas Sarkozy a été mis en examen en 2016 pour "financement illégal de campagne", mais il n'est pas mis en cause pour le système de fausses factures au cœur de la fraude, celui-là même qui lui a permis ce dépassement. Le juge d'instruction Serge Tournaire a ordonné en 2017 le renvoi en correctionnelle de quatorze protagonistes, dont l'ancien Président. Le procès doit se tenir jusqu'au 15 avril. 

Au cours de ce procès, Nicolas Sarkozy sera défendu par Thierry Herzog, lui aussi condamné ce lundi à trois ans de prison dans l’affaire des écoutes pour corruption, trafic d’influence et violation du secret professionnel. Le tribunal a également prononcé à son encontre une interdiction d'exercer son métier pendant cinq ans. Mais il a également fait appel, et "l'appel est suspensif sur toutes ces dispositions", a confirmé son avocat Hervé Temime.

Financement libyen de la campagne 2007

Des juges enquêtent également depuis 2013 sur des accusations de financement libyens de la campagne présidentielle victorieuse de Nicolas Sarkozy en 2007, formulées par l'intermédiaire Ziad Takieddine et d'anciens dignitaires libyens. Nicolas Sarkozy a été mis en examen le 21 mars 2018 pour "corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens", puis le 12 octobre 2020 pour "association de malfaiteurs". Si le 11 novembre 2020 Ziad Takieddine est revenu sur ses accusations, le Parquet national financier a rétorqué que les charges contre Nicolas Sarkozy "ne se limitent pas aux déclarations" de ce dernier.

C’est dans le cadre de cette affaire que les juges avaient découvert, début 2014, l’existence d’une ligne téléphonique officieuse, ouverte par Thierry Herzog sous l’alias de Paul Bismuth, pour communiquer avec l’ancien chef de l’Etat. Dans cette affaire, le calendrier n’est pas encore fixé. 

Lire aussi

Enfin, le PNF a confirmé le 15 janvier 2021 avoir ouvert une enquête pour "trafic d'influence" et "blanchiment de crime ou délit" visant des activités de conseil de Nicolas Sarkozy en Russie. Selon Mediapart, cette enquête a été ouverte à l'été 2020. Elle vise à déterminer si l'ancien chef de l'État "se serait adonné à des activités de lobbying potentiellement délictuelles" pour le compte d'oligarques russes.

ECOUTEZ : BRUNET DIRECT

Ecoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute habituelle 

Du lundi au vendredi, de 10H00 à 12H00, le présentateur prend le temps d’analyser et de mettre en perspective les grands sujets d’actualité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Avec 100.000 morts du Covid, où la France se situe-t-elle dans le monde ?

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Réouvertures : les musées et les terrasses prioritaires, selon Emmanuel Macron

EN DIRECT - 100.000 morts du Covid : "Nous n’oublierons aucun visage, aucun nom", promet Emmanuel Macron

Funérailles du prince Philip : Harry et William ne marcheront pas côte à côte

Lire et commenter