Bygmalion: Jérôme Lavrilleux exclu de l'UMP

Politique
POLITIQUE - L'ex-directeur de cabinet de Jean-François Copé avait reconnu être à l'origine d'un système de fausses factures pendant la campagne présidentielle de 2012.

Il a été le premier à reconnaître un système de fausses factures à l'UMP pendant la campagne présidentielle de 2012, Jérôme Lavrilleux a été exclu de son parti, a-t-on appris mardi.

C'est le bureau politique de l'UMP qui a entériné à l'unanimité moins deux abstentions cette décision. Une procédure d'exclusion avait été engagée dès le 24 juin dernier à l'encontre de l'ex-directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy. Il venait alors de reconnaître sur BFM-TV avoir été à l'origine d'un système permettant à l'ex-président de la République de dépasser le plafond autorisé des dépenses lors d'une campagne présidentielle. Un système dont Nicolas Sarkozy nie avoir eu connaissance.

"Pas concerné par cette décision"

"Jérôme Lavrilleux ne se sent pas concerné par cette décision interne et intérimaire de l'UMP. Nous sommes passés du grotesque au burlesque", rapporte un de ses proches contacté par metronews. Jérôme Lavrilleux a toujours protesté contre l'éventualité de son exclusion. "Je porterai plainte contre mon exclusion, qui ne repose sur rien car les statuts de l'UMP ne prévoient pas d'exclure une personne citée dans une affaire. Si mon exclusion était prononcée, ce serait donc un procès politique", déclarait-il au journal Le Monde en juin dernier. Il s'est toutefois mis en congé de l'UMP le 10 octobre dernier. "Votre procédure n'a donc plus lieu d'être, et si vous deviez la prolonger, elle apparaîtrait pour ce qu'elle n'a jamais cessé d'être, une mascarade, une justice d'exception", avait-il alors écrit à Luc Chatel, le secrétaire général du parti. Le 21 octobre il menaçait une nouvelle fois l'UMP d'une plainte: "S'ils poursuivent la procédure d'exclusion, j'irai direct déposer une plainte à la Cnil (la Commission nationale de l'informatique et des libertés, NDLR). Je n'ai pas renouvelé mon adhésion, donc je n'ai plus à être encore dans leur fichier".

"Si certains ont peur de poursuites judiciaires, c'est que celles-ci sont peut-être fondées", note aujourd'hui son entourage.

Adhérent du RPR depuis 1989, puis de l'UMP lors de sa création en 2002, Jérôme Lavrilleux a été élu député européen en mai dernier . Son exclusion de l'UMP devrait entraîner une procédure similaire au PPE, qui rassemble les partis de droite au Parlement européen. Dès son élection, plusieurs ténors de l'UMP avaient demandé qu'il démissionne de son mandat. Un de ses proches assure maintenant que "la seule priorité de Jérôme Lavrilleux est d'être le député européen le plus utile et le plus efficace pour les Français". 

EN SAVOIR + >> Tous nos articles sur l'affaire Bygmalion

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter