Bygmalion : la candidature de Sarkozy menacée par la justice ?

Politique

Toute L'info sur

L'affaire Bygmalion

2017 - La demande de renvoi en correctionnelle de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bygmalion va-t-elle gêner son calendrier politique ? En cas de renvoi, le candidat Sarkozy pourra-t-il vraiment mener campagne ? Eléments de réponse.

Les ennuis judiciaires de Nicolas Sarkozy ne l’ont jusqu’à présent jamais empêché de poursuivre sa route vers l’Elysée. Mais le voilà à nouveau inquiété par l’affaire Bygmalion. Ce lundi, le parquet de Paris a requis son renvoi en correctionnelle. Il appartient maintenant aux juges d'instruction de suivre ou non ces réquisitions, dans un délai d'un mois minimum. Si des recours peuvent rallonger les délais, l'hypothèse d'un renvoi en procès avant la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017 (prévue les 20 et 27 novembre) est réelle.

Un renvoi compliquerait sa tâche, d'autant qu'il est aussi mis en examen pour corruption et trafic d'influence dans un autre dossier, soupçonné d'avoir tenté d'obtenir des informations secrètes dans une procédure le concernant auprès d'un haut magistrat

"Ce n'est pas une très bonne chose pour représenter la droite et le centre à l'élection présidentielle"- Florence Portelli, porte-parole de François Fillon

En attendant, Nicolas Sarkozy s’expose aux critiques de ses concurrents. Ce lundi, ils ont été plutôt cléments à son égard. Mais rien n’indique qu’ils conserveront le même ton durant la campagne de la primaire. En revanche, les autres candidats à la présidentielle, eux, ne se priveront pas d’accabler l’ancien président. Ce qui va naturellement nuire à son camp.

"Nicolas Sarkozy est présumé innocent. Néanmoins, l'accumulation d'affaires ou d'échos judiciaires dans les journaux, ce n'est pas une très bonne chose pour représenter la droite et le centre à l'élection présidentielle", souligne Florence Portelli,  porte-parole de François Fillon et maire de Taverny, au micro de France Info.

D’autant que le calendrier électoral et judiciaire pourrait se télescoper. Nicolas Sarkozy doit-il alors renoncer pour préserver les intérêts de sa famille politique ? Personne à droite n’ose lui demander. Pour l’instant en tout cas. "Je n’aurais pas cette outrecuidance et je rappelle le principe de présomption d’innocence […] Néanmoins, je pense que ça interpelle la classe politique. Qui voulons-nous voir comme candidat de la droite et du centre car nous risquons d'être empêtrés par les affaires et le calendrier judiciaire d'un des candidats potentiels à la présidentielle", poursuit Florence Portelli.

S’il est finalement renvoyé en correctionnelle, il  y a fort à parier que certains leaders des Républicains l’inviteront à se consacrer pleinement à la préparation de sa défense. Dans l’intérêt du parti naturellement…

En vidéo

SARKOZY CALENDRIER

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter