"C'est logique qu'on ne paye pas de masques à ceux qui ont les capacités de les payer", affirme François de Rugy

"C'est logique qu'on ne paye pas de masques à ceux qui ont les capacités de les payer", affirme François de Rugy
Politique

INTERVIEW POLITIQUE - Invité de l'Interview Politique sur LCI ce mercredi, le député François de Rugy a indiqué être d'accord avec la décision du président Macron de ne pas distribuer gratuitement des masques à tous les Français.

Le député François de Rugy était l’invité ce mercredi matin de Renaud Pila dans l’interview politique sur LCI. L’ancien ministre de la Transition écologique et solidaire a tout d'abord salué l'accord "historique" trouvé pour le plan de relance européenne, ainsi que le rôle du président Macron dans ces négociations : "C’est un changement de fond pour l’Union européenne. Nicolas Sarkozy avait déjà essayé une mutualisation des dettes, François Hollande également. Emmanuel Macron a tenté pendant trois ans et a réussi. Nous avons enfin un vrai accord européen sur un emprunt, une politique économique commune face à la crise."

Les crises sont des accélérateurs de changement.- François de Rugy, ancien ministre de la Transition écologique.

L’ancien président de l’Assemblée nationale est également revenu sur l'annonce sur TF1 du chef de l'Etat concernant la gratuité des masques, qui ne sera pas automatique pour tous les Français. Pour François de Rugy, c'est une décision tout à fait cohérente : "C'est logique qu'on ne paye pas de masques à ceux qui ont les capacités de les payer. En revanche, pour les familles qui ont les plus bas revenus, il faut évidemment une distribution de masques gratuits."

Concernant le Ségur de la Santé, qui consiste à mener une grande concertation entre différents acteurs sociaux du domaine de la santé pour réformer le système français, François de Rugy se réjouit de cette action, qui a été accélérée par la crise du Covid-19, concède-t-il : "Les crises sont des accélérateurs de changement, on peut le regretter mais réjouissons nous aussi qu’il y ait eu cette action forte."

Lire aussi

La sécurité est un combat permanent.- François de Rugy, ancien ministre de la Transition écologique.

Toute l'info sur

L'interview Politique

Le député LaREM est revenu sur l'aspect sécuritaire de la politique du gouvernement, confronté à de nombreuses incivilités ces derniers mois : "Le mot d'ordre clair, net et précis, c'est tolérance zéro. La sécurité est un combat permanent, les problèmes de délinquance, de violence ne s’arrêteront pas d’un coup de baguette magique. Il faut un couple justice-police extrêmement fort. Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti sont des ministres qui portent un message fort au niveau de la police et de la justice."

Contraint de démissionner de son poste de ministre de la Transition écologique après des révélations de Mediapart sur des dépenses au ministère et à la présidence de l’Assemblée nationale, François de Rugy indique avoir "préféré prendre du recul, me retirer". "C’était une façon de protéger le gouvernement. J’ai privilégié l’intérêt général à mon propre intérêt" a-t-il indiqué, avant d'aborder le cas du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, accusé de viol : "Sur ce qui le concerne, la justice suit son cours, il n’y a eu aucune mesure particulière le concernant. Il se déploie sans la moindre faiblesse depuis son arrivée."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent