"Ça va mieux" : et si, finalement, François Hollande avait trouvé la formule magique ?

"Ça va mieux" : et si, finalement, François Hollande avait trouvé la formule magique ?

DirectLCI
BILAN EMBELLI - François Hollande et ses ministres multiplient depuis un mois les sorties pour vanter le bilan du quinquennat, assurant à qui veut l'entendre que "ça va mieux". Au-delà de la réalité des chiffres, est-ce politiquement judicieux ? Réponses de communicants.

Vous ne le savez pas encore, mais vous allez mieux. Tel est en substance le message délivré depuis un mois par François Hollande et son gouvernement. Passé largement sous la barre des 20% d'opinions favorables, enferré dans des réformes qui ne se font pas (déchéance de nationalité) ou qui se font laborieusement (loi Travail), le chef de l'Etat devait tout tenter pour reprendre l'initiative à un an de la présidentielle.

"Ça va mieux" est la solution trouvée par l'exécutif et ses communicants pour tenter d'amorcer une improbable remontée dans l'opinion. L'initiative, largement moquée, mais reposant sur plusieurs indicateurs fiables , est-elle vouée à l'échec ou bien au contraire, politiquement porteuse ?

A LIRE AUSSI
>> "Ça va mieux", assure François Hollande… Mais qu'en pensent les Français ?

>> Ça va mieux : le nouveau mantra de François Hollande qui fait ricaner l'opposition

Certains observateurs ont comparé la technique de François Hollande à la méthode Coué, qui consiste, par l'autosuggestion, à se représenter son avenir sous un aspect positif en ayant recours à la répétition et à la force de l'imagination. Sauf que, rétorque Thierry Saussez, ancien conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, "la méthode Coué, c'est la motivation des énergies. Là, on est dans un optimisme béat". Pour le communicant, il faudrait une dynamique de reprise économique "d'une ampleur considérable" pour que les Français adhèrent aux affirmations de François Hollande. En l'état, dit-il à metronews, "cette stratégie apparaît comme une provocation, puisque dans le ressenti des Français, ça va au contraire plus mal qu'avant".

"Redonner le goût de la France"

Plus indulgent, le publicitaire Jacques Séguéla estime que "la formule est bonne". "Les slogans les plus simples sont les meilleurs", assure à metronews celui qui a imaginé "la force tranquille" pour la campagne de François Mitterrand en 1981. "Dans la perspective d'une campagne électorale, il tente de commencer par redonner le goût de la France au moment ou d'autres tapent dessus. Il prend les devants et mène l'offensive, c'était la seule stratégie possible compte tenu de sa situation." Malgré tout, estime le publicitaire, le bilan de François Hollande, "premier responsable de la situation du pays", risque fort de se retourner contre lui. Verdict : le "ça va mieux" est "une stratégie politique classique : la première phase, c'est de dresser le bilan, la seconde, c'est de dire comment faire mieux, la troisième, c'est le rassemblement". Un chemin de croix qui se dessine pour le chef de l'Etat.

En boucle, comme pour s'en convaincre

Il lui reste donc à répéter en boucle sa formule, "ça va mieux", à qui voudra l'entendre. "Tout est dans la répétition, comme dans la publicité", explique Thierry Saussez. C'est aussi une caractéristique de la méthode Coué, nous confirme de son côté Luc Teyssier d'Orfeuil, coach, spécialiste de la fameuse méthode et directeur de Pygmalion Communication . La formule d'Emile Coué ("Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux") doit en effet être répétée jusqu'à ce que l'on en soit convaincu. "Comme l'anaphore 'Moi Président' dont il avait usé en 2012", observe le communicant. "François Hollande n'a pas le choix. Il ne peut pas dire que la situation de la France est catastrophique. Le chef doit se montrer optimiste, et y croire tellement que les gens pourront le suivre. C'est bien une forme d'approche de la méthode Coué."

Problème : après une année 2015 économiquement et socialement difficile et des attentats traumatisants, le moral des Français n'est pas au plus haut et ne les rend pas forcément sensibles à la "prophétie autoréalisatrice". "Peut-être que François Hollande aurait dû se contenter de dire que 'ça va aller mieux'", suggère Luc Teyssier d'Orfeuil. Il lui faudra surtout des résultats tangibles et particulièrement spectaculaires pour espérer remonter la pente avant que les jeux ne soient faits.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter