Réforme des retraites : que sait-on du simulateur officiel promis par le gouvernement ?

Réforme des retraites : que sait-on du simulateur officiel promis par le gouvernement ?
Politique

Toute L'info sur

Les grèves contre la réforme des retraites d'Emmanuel Macron

PROJECTION - Le gouvernement travaille à la mise en place d’un simulateur permettant de connaître les effets de la réforme des retraites sur le niveau des pensions. Espéré pour la mi-décembre, sa version complète ne devrait pas être disponible avant 2020. Explications. D'ici là, une quinzaine de cas-types devrait être disponible à compter du 18 décembre.

Face au flou qui persiste, nombreux sont ceux qui le réclament. Alors qu’Edouard Philippe a présenté le 11 décembre les contours de la réforme des retraites voulue par le gouvernement, les interrogations demeurent quant aux effets qu’aura le projet de loi sur le niveau des pensions. Pour clarifier les choses, l’exécutif souhaite la mise en place d’un simulateur permettant à chacun de se projeter. 

Car si plusieurs outils de calcul des futures retraites, mis en place par des syndicats ou des think tank, existent d’ores et déjà en ligne, aucun n’a pour l’heure de valeur officielle, suscitant parfois des doutes quant à leur fiabilité. A l’instar de celui de l’Institut de la protection sociale (IPS), certains sont même taxés d’être "volontairement à charge" contre la réforme.   

Lire aussi

Disponible la semaine prochaine ?

Invitée de LCI au soir de la présentation de l'architecture du système de retraites voulu par le gouvernement, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a confirmé que l’idée verrait prochainement le jour. "Un simulateur de retraite avec le système universel à points sera disponible la semaine prochaine. Nous faisons tout pour qu’il soit prêt", a-t-elle indiqué, sans toutefois s’avancer sur une date précise. 

Elle a précisé les contours de ce qui sera mis en place par le gouvernement. "Le simulateur est long à construire, mais dès la semaine prochaine, il y aura des simulations de cas-types, c'est-à-dire des exemples, plein d'exemples, selon les professions, les âges, etc." Mais les résultats ne pourront pas encore être personnalisés "car tout n'est pas encore inscrit dans la loi, il y a encore des choses à négocier, tout n'est pas totalement calé".

Voir aussi

Il faut dire que la mise en place de ce dispositif, pilotée par le haut-commissariat, n’est pas des plus simples. Comme nous l'indiquait Matignon mercredi, "les pouvoirs publics ne peuvent pas mettre n’importe quel simulateur sur la table". Dans un premier temps donc, celui-ci ne devrait d'abord comporter qu’une série de "cas types", avant d’être enrichi au fur et à mesure d’ici au vote de la loi. Toujours selon Matignon, la version finale pourrait être disponible "dans les trois à six mois après le vote" du texte. 

Un délai confirmé par Gabriel Attal, sur LCI, ce 18 décembre. Le secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a précisé que des "cas-types" seront d'abord disponibles afin de permettre aux Français de se projeter. Selon nos informations, à partir de jeudi, 80 cas-types de Français avec le montant de leur retraite dans le système actuel et dans le futur système avec hypothèse 62 et 64 ans, devraient être diffusés.  

Aux alentours du 22 janvier, il y aura environ 150 profils et cas-types. Le "simulateur individuel", appelé de ses voeux par Emmanuel Macron et Edouard Philippe, "est très difficile à mettre en oeuvre avant que la loi soit votée", prévient Gabriel Attal.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent