Camp de migrants à Paris : "La place des clandestins, c'est dans les charters" pour Nicolas Bay

DirectLCI
DÉSACCORD - Le secrétaire général du Front national, Nicolas Bay, a commenté sur LCI l'implantation prochaine d'un camp de migrants à Paris. Excédé par cette décision, il a rappelé selon lui quelle était "la place des clandestins" : "dans les charters, pas dans les camps".

Un camp de réfugiés ouvrira mi-octobre, près de la porte de la Chapelle à Paris. Il pourra accueillir jusqu'à 800 personnes, exclusivement des hommes. Sur place, un centre de santé avec plusieurs infirmiers et un psychologue sera mis en place. Différents espaces sont par ailleurs prévus pour que les associations puissent dispenser différentes activités.

Des gens qui n'ont rien à faire sur le territoire nationalNicolas Bay, secrétaire national du FN

Invité de LCI Matin Week-End samedi,  le secrétaire général du Front national, Nicolas Bay, a vivement dénoncé l'implantation prochaine de ce camp de migrants dans la capitale. À l'antenne, il n'a pas mâché ses mots. Bien au contraire...


"C'est une injustice absolument scandaleuse à l'égard des Français qui vivent dans la pauvreté et la précarité. On va accorder des dizaines, et peut-être même des centaines de millions d'euros pour la construction de ces camps, pour des gens qui n'ont rien à faire sur le territoire national. Il faut les expulser. Ce sont des clandestins, ils n'ont pas vocation à rester sur le territoire national. La place des clandestins, il faut être clair, c'est dans les charters. Ce n'est pas dans des camps qui seraient construits avec l'argent public."

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter