Candidature de Sarkozy à la primaire de droite : ces signes qui ne trompent pas

POLITIQUE - Invité au micro d'Europe 1 ce jeudi matin, Nicolas Sarkozy a choisi de continuer à cultiver le mystère autour de son éventuelle candidature à la primaire de droite en insistant sur ses responsabilités de chef du Parti LR. Pourtant, certains signes ne trompent pas...

Nicolas Sarkozy sera-t-il candidat à la primaire de droite ? Si le président Les Républicains tarde à en faire l’annonce officielle, force est de constater que son discours au micro d’Europe 1 ce jeudi matin, avait toutes les allures d’une campagne officieuse. "J’ai un titre (celui de chef de l'opposition, ndlr) à assumer", a-t-il déclaré pour justifier sa non-annonce – et le fait de multiplier les déplacements sans avoir à dépenser un sou au titre des frais de campagne. "On ne peut pas imaginer un parti politique sans projet. J'ai pris des engagements, j'ai été élu pour ça", a-t-il insisté, choisissant ainsi de continuer à cultiver le mystère (qui n'en est plus un).

EN SAVOIR + >>  Mais au fait, comment les candidats financent-ils leur campagne ?

"La prochaine élection présidentielle doit être un moment de vérité"

Pour autant, Nicolas Sarkozy ne nuance ni ne dément les propos de Jean-Pierre Elkabbach, qui s’adresse à lui comme à un candidat déjà officiel. L’ex-peut-être-futur président a ainsi profité de l’occasion pour annoncer sa volonté de faire de l’élection présidentielle 2017 "un moment de vérité". Lui qui accuse François Hollande d’avoir "berné et trompé" les Français, d’avoir "menti" lors de sa campagne présidentielle, souhaite que le mandat du prochain chef d’Etat "commence dès le premier jour de sa campagne à la primaire".

EN SAVOIR + >>  "François Hollande paye le prix de ses mensonges"

"On ne peut rien construire sur des mensonges (…) Il faut tout dire avant, pour tout faire après". Un discours affirmé et structuré qui laisse peu de place à l’imagination. Face à la rédaction d’Europe 1, Nicolas Sarkozy réaffirme "son amour de la France" et de l’identité. "La France est une volonté. L'identité française, notre culture, ne doivent pas disparaître. Etre Français est une fierté", a-t-il déclaré. Le tout sans omettre le petit tacle habituel et conjoint à François Hollande et Alain Juppé: "L'identité heureuse dans un pays qui compte six millions de chômeurs, ça n'existe pas".

A LIRE AUSSI 
>>  Primaire à droite : comment les candidats financent-ils leur campagne ?
>>  Infographie - Et si la primaire des Républicains était une équipe de foot
>>  Primaire à droite : qui soutient qui ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

EN DIRECT - Covid-19 : le taux d'incidence remonte en Allemagne, pour atteindre son niveau de mai

Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

Procès des attentats du 13-Novembre : "En réalité, il était déjà mort mais l'information n'avait pas été transmise"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.