"Légaliser serait une lâcheté" : Gérald Darmanin intransigeant sur le cannabis

Gérald Darmanin se montre très opposé à la légalisation du cannabis

CONTROVERSE - Dans un entretien à La Provence publié ce jeudi, le ministre de l'Intérieur appelle à ne pas faire de compromis dans le combat contre les drogues. Il s'oppose notamment fermement à la légalisation du cannabis.

Ne rien concéder. Interrogé par La Provence, Gérald Darmanin a martelé que la drogue constituait un fléau qu'il fallait éradiquer. À ce titre, il estime qu'aucune concession ne doit être faite, y compris en matière de cannabis. "Légaliser serait une lâcheté", assène-t-il. "Parce qu’on sait que c’est du poison, que c’est au cœur de toutes les formes de délinquances et de trafics. Derrière le trafic de drogue, il y a des cambriolages et des agressions pour se payer sa dose mais aussi du décrochage scolaire. Enfin, il faut avoir en tête que cet argent sale finance en partie le terrorisme." 

Si pour le ministre de l'Intérieur la drogue "détruit des familles" et "touche toutes les classes sociales", "la jeunesse" reste pour lui la première frappée par ses conséquences nocives. Une autre raison, selon lui, de s'opposer à toute forme de légalisation. "Je note que dès que des responsables politiques évoquent les principes de la légalisation, cela donne des coups aux pères et aux mères de famille qui essayent d’expliquer à leurs enfants, avec lesquels parfois même ils se fâchent, de ne pas tomber dans la drogue." Appellant à "soutenir l’autorité parentale", Gérald Darmanin assure ne pas voir "comment y parvenir en prônant la légalisation".

Les gens malhonnêtes ne deviendront pas soudainement honnêtes- Gérald Darmanin

Autre argument utilisé au cours de cet entretien par le ministre de l'Intérieur : une hypothétique légalisation n'engendrait pas nécessairement moins de criminalité, moins de blanchiment d'argent. "Quand bien même on légaliserait, vous croyez que les dealers marseillais ouvriraient une petite boutique en déclarant leurs impôts à l’Urssaf ? Bien sûr que non. Ils ont été habitués au 'black', à ne pas être imposés, à brasser beaucoup d’agent qu’ils blanchissent souvent à l’étranger", argue-t-il. Et le ministre de prévenir : "Les gens malhonnêtes ne deviendront pas soudainement honnêtes parce que nous aurons baissé la garde." 

Lire aussi

En vidéo

Enquête sur les cultivateurs de cannabis en France

Enfin, Gérald Darmanin estime qu'une légalisation du cannabis serait aussi contre-productive que dangereuse. "Cela serait antinomique avec ce que l’on fait en augmentant le prix du tabac… Nous le faisons pour des raisons de santé publique et à côté de cela on légaliserait une drogue ? Et puis quelle drogue voulez-vous légaliser ? Le cannabis et pas la cocaïne ?". "C’est sans fin la lâcheté morale", expose-t-il. "Ce n’est pas parce que le combat est difficile, en France mais aussi partout en Europe et dans le monde, que nous devons baisser les bras et accepter n’importe quoi". "Les combats ne sont jamais perdus d’avance", conclut l'élu. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

EN DIRECT - Covid-19 : la vaccination ouverte à tous les plus de 55 ans lundi, annonce Véran

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Lire et commenter