Cannabis, suicides internes en médecine, plan grand froid... les annonces d'Agnès Buzyn sur LCI

DirectLCI
INTERVIEW - La ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn était l'invitée politique de LCI ce mercredi où elle a notamment réagi a la mise en place du plan grand froid. "Jamais il n'y a eu autant de places ouvertes d'hébergement en France cette année", a-t-elle dit.

Invitée de LCI ce mercredi matin, la ministre de la Santé et des Solidarités a notamment évoqué le plan grand froid, déclenché dans 22 départements français. Cette dernière a annoncé que 1000 places supplémentaires venaient d'être ouvertes avec le déclenchement de ce plan en plus des 13.000 déjà prévues cet hiver. "Jamais il n'y a eu autant de places ouvertes d'hébergement en France", a-t-elle fait remarquer, alors que la polémique enfle suite aux propos du secrétaire d'Etat Julien Denormandie et du député LREM Sylvain Maillard à l'égard du nombre de SDF dans les rues et de leur volonté supposée d'y rester.


Revenant sur les propos de son collègue du gouvernement, qui évoquait le chiffre de 50 SDF dans les rues, Agnès Buzyn a précisé qu'il s'agissait des chiffres remontés par le 115 à l'Etat, et qu'il recensait non pas le nombre de SDF dans la rue mais le nombre d'entre eux qui n'avaient pas pu être hébergés en dépit de leur demande. Quant aux propos de Sylvain Maillard, la ministre s'en est prudemment éloignée : "On sait que certaines personnes ne souhaitent pas aller dans des centres d'hébergement à cause d'une certaine promiscuité ou d'une certaine violence, mais la majorité accepte d'aller à l'abri".

"Une vraie souffrance dans la profession de médecin"

Autre dossier, autres réponses de la ministre, celui du burn-out parmi les étudiants en médecine. Une lettre ouverte a été publiée le 5 février dernier sur le site d'Elle où des internes interpellaient Agnès Buzyn face à une montée des suicides dans ce milieu. "La quantité de travail des internes est un facteur majeur mais ce qui l'est aussi, c'est la situation tendue de l'hôpital public et la pression budgétaire", lit-on dans ce texte.


Agnès Buzyn a dans un premier temps annoncé qu'elle ferait les démarches "dans les semaines qui viennent pour rencontrer les étudiants en médecine et les internes en souffrance". Elle a annoncé qu'elle avait lancé une mission sur la réforme des études médicales pour faire face au nombre grandissant de médecins en formation ces dernières années. "On sent une vraie souffrance au travail dans la profession. Les médecins ont de plus en plus de mal à trouver du sens dans leur métier, on leur demande énormément de taches annexes, administratives et ne comprennent pas la gestion de l'hôpital".

Cannabis : Buzyn favorable à la contravention

Enfin, la ministre a été invitée à commenter une bonne nouvelle : selon selon une étude publiée mardi 6 février, les jeunes sont de moins en moins nombreux à fumer, boire de l'alcool et consommer du cannabis. "Est-ce la hausse des prix du tabac ? Est-ce c'est le paquet neutre ou les campagnes ? s'est-elle demandé. En tout cas, on voit une baisse significative du tabagisme chez les jeunes et ça, c'est une bonne nouvelle". Concernant le cannabis, la ministre s'est dit favorable à la mise en place d'une amende, proposée par un rapport parlementaire LR/LREM - qui suit d'ailleurs une proposition présidentielle, qui devrait "permettre une prise de conscience collective".

Elle a également reconnu que ses enfants sont fumeurs et que "c'est peut-être pour ça qu'elle a fait de la lutte contre le tabagisme un combat personnel".

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter