Revenu universel d'activité, cantines à 1 €, crèches... les principales mesures du "plan pauvreté" présenté par Emmanuel Macron

Politique
RÉCAP' - Emmanuel Macron a dévoilé jeudi les mesures de son "plan pauvreté", qui comprend deux axes forts : la prévention de la précarité et la réinsertion professionnelle. Principale mesure annoncée : la création d'un revenu universel d'activité.

"La pauvreté ne doit plus se transmettre en héritage". Tel est le mot d'ordre du plan pauvreté présenté ce jeudi par Emmanuel Macron au Musée de l'Homme à Paris. Un plan très attendu dont la présentation avait été reportée à cette rentrée. La philosophie de ce texte s’appuie autour de deux piliers : la prévention de la précarité, notamment chez les plus jeunes, et l'aide à la réinsertion vers l'emploi. Le coût de ce plan est estimé à huit milliards d'euros, répartis sur quatre ans.

 

"Personne n'est 'premier de cordée' si le reste de la société ne suit pas",  a déclaré e président de la République, rappelant une formule qu'il avait  utilisée à l'automne 2017, suscitant de vives critiques.

Voici ce qu'il faut retenir des annonces du chef de l'Etat .   

Vers un revenu universel d'activité

Emmanuel Macron, qui s'était emporté contre "le pognon de dingue" que représentent les aides sociales a annonçant une profonde réforme des minima sociaux avec la création, par une loi en 2020, d'un revenu universel d'activité qui fusionnera "le plus grand nombre possible de prestations sociales" - du RSA aux APL en passant par l'allocation adulte handicapé. Les contours de ce revenu sont encore à définir mais on sait qu'il sera soumis "à des droits et des devoirs." Il sera soumis à un "contrat d'engagement"  du bénéficiaire notamment la recherche active d'emploi et permettrait, notamment, de simplifier le versement des aides sociales. 

Repas à 1 euro et petits-déjeuners dans les écoles prioritaires

 Emmanuel Macron a souhaité un "accès  universel" à la cantine pour les enfants les plus défavorisés "en développant  les repas à un euro" et des petits-déjeuners proposés dans les  écoles prioritaires "afin de s'assurer que tous les enfants commencent la  journée dans les mêmes conditions".

En vidéo

Macron souhaite un "développement" des repas à 1 euro dans les cantines

Places en crèches subventionnées dans les communes pauvres

En matière de petite enfance, le plan prévoit notamment des aides pour les communes défavorisées afin de permettre la construction de nouvelles crèches. Un objectif de 30.000 places supplémentaires devrait être annoncé par le chef de l’État.


L'Etat veut par ailleurs trouver des solutions avec les départements pour prolonger le suivi des enfants de l'Aide sociale à l'enfance, qui trop souvent s'arrête net à leur majorité.

En vidéo

Plus d'un Français sur deux a peur de tomber dans la pauvreté

Service public de l'insertion

Emmanuel Macron a par ailleurs souhaité que  l'Etat aide les départements à mieux accompagner les personnes les plus  éloignées de l'emploi, notamment bénéficiaires du RSA, en créant un "service  public de l'insertion". "C'est le seul moyen de garantir l'universalité des droits" alors que le  système est "aujourd'hui trop éclaté", "inégal territorialement", a détaillé le  chef de l'Etat, souhaitant qu'à partir du 1er janvier "chaque personne qui  s'inscrit au revenu de solidarité active (RSA) puisse avoir un rendez-vous dans  le mois", dans "un lieu unique", pour bénéficier d'un accompagnement.

L'obligation de formation étendue jusqu’à 18 ans

L'Elysée promet également le "développement massif de dispositifs d'insertion par l'activité économique", considérant que "le retour au travail est le meilleur outil de lutte contre la pauvreté". Tout d’abord, pour les jeunes, l'obligation de formation sera portée de 16 à 18 ans.  "Le gouvernement contractualisera avec les départements pour qu'ils  préparent mieux la sortie de ces jeunes et puissent être aidés à le faire", a  précisé le chef de l'Etat lors de la présentation de sa stratégie pauvreté. "50  millions d'euros seront mobilisés à cette fin afin que les départements  continuent d'accompagner les (...) jeunes dont ils ont la charge et qui n'ont  pas de solution."


Des moyens supplémentaires seront par ailleurs attribués aux missions locales pour qu'elles repèrent les décrocheurs, estimés à plusieurs dizaines de milliers, et leur proposent des formations. Parallèlement, le dispositif "garantie jeune", pour les 16-25 ans les plus éloignés de l'emploi, sera étendu à "500.000 jeunes avant la fin du quinquennat", contre 100.000 actuellement.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter