CARTE INTERACTIVE - Européennes 2019 : quels enseignements tirer des résultats, région par région ?

Politique

Toute L'info sur

Elections européennes 2019 : l'heure des résultats

TERRITOIRES - Le Rassemblement national (23,3%) et La République en marche (22,4%) sont arrivés en tête des élections européennes dimanche. Mais toutes les régions n'ont pas placé en tête les mêmes listes, et des particularités territoriales s'observent. Découvrez le nouveau rapport de force politique sur l'ensemble du territoire grâce à notre carte interactive, en partenariat avec Esri.

Les élections européennes ont réservé leur lot de surprises, notamment celles de placer sur le podium Europe Ecologie-Les Verts, et à moins de 10% les Républicains. Le Rassemblement national devient également le premier parti de France, devant le parti présidentiel de La République en marche. Mais bien sûr, des disparités apparaissent selon les territoires, et cet ordre est loin d'avoir été respecté partout. Quel parti est arrivé en tête dans votre commune, dans votre région ? Consultez la carte ci-dessous, réalisée pour LCI. Lisez également notre analyse de ces résultats, régions par régions.

Si vous n'arrivez pas à visualiser la carte interactive, cliquez sur le lien ci-dessous.

Lire aussi

L'Ouest plébiscite La République en marche

Traditionnellement à gauche, l'Ouest a très majoritairement placé La République en marche en tête du scrutin. Ainsi, la Bretagne a largement plébiscité la liste de la majorité présidentielle (25,6%), pour qui elle avait déjà fortement voté en 2017, le plaçant dix points au-dessus de la moyenne nationale au second tour de la présidentielle. Nathalie Loiseau arrive donc en tête dans les quatre départements avec un score supérieur à 24%. Le Rassemblement national fait un score inférieur au niveau national, avec 17,3%.

Plus au sud, les Pays-de-la-Loire ont également voté pour Emmanuel Macron, avec plus de 25% des voix, devant le RN (18,8%) et EELV (15,5%). Dans quatre départements sur cinq, la liste de Nathalie Loiseau arrive en tête avec un score supérieur à son score national:  25,6% en Loire-Atlantique, 25,8% en Mayenne, 26,8% en Vendée, 26,77% en Maine-et-Loire. Dans la Sarthe, ancien fief de François Fillon, c'est le Rassemblement national qui arrive largement en tête (26,2% contre 18,9% à LaREM 

et 9,9% aux Républicains).

Le Rassemblement national au plus haut dans le Nord et l'Est

Les électeurs RN ont répondu présents dans les bastions historiques du parti. Ils l'ont très largement placé en tête dans les Hauts-de-France (33,5%, 2,5 points de plus que Marine Le Pen en 2017). Nathalie Loiseau y réalise un score en-deçà de celui d'Emmanuel Macron en 2017 (17,9%, contre 19,5%). Le RN connaît toutefois un reflux par rapport à la liste emmenée par Marine Le Pen en 2014 (36,2%). Lille se distingue en plaçant LaREM en tête (22%), devant EELV (21,7%).

Dans le Grand Est, le parti de Marine Le Pen est également arrivé largement en tête. Dans les anciennes régions Lorraine, Alsace et Champagne-Ardenne, la liste RN est en première position dans neuf des dix départements, avec 28,2% des voix. Dans les départements de la Meuse, des Vosges, de la Marne et de l'Aube, le RN franchit même la barre des 30%, atteignant jusqu'à 36,07% en Haute-Marne et 35,88% dans les Ardennes. Les grandes villes se démarquent de cette tendance : LaREM arrive en tête à Mulhouse, Metz, Nancy et Strasbourg.

Le Rassemblement national est également arrivé en tête dans les régions rurales de Bourgogne-France Comté et Normandie ; et dans les régions du sud de la France Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Occitanie et Nouvelle-Aquitaine.

L'exception francilienne

Au milieu de départements acquis au Rassemblement national, l'Ile-de-France se distingue par sa résistance à la poussée du Rassemblement national. A Paris, un électeur sur trois (32,9%) a choisi La République en marche, laissant très loin derrière le Rassemblement national (7,2%). Mais c'est aussi dans la capitale que les écologistes réalisent l'un de leurs meilleurs scores, avec près de 20% des voix (19,8%).

LaREM réalise également un gros score dans les Hauts-de-Seine avec 33,5% des voix. Le RN y est relégué à 9,4%. Dans les Yvelines, LaREM rassemble encore près de 30% des voix, loin devant le RN à 14,3%. Dans le Val d'Oise, le parti présidentiel, un ton au-dessous, obtient 22,8%, mais le RN est encore trois points derrière à 19,5%. Dans l'Essonne, le RN recueille 17,4% des voix mais LaREM garde l'avantage avec 23,6%. En Seine-Saint-Denis, les macronistes obtiennent 17,7% et le RN 16,2%. Dans le Val-de-Marne, LaREM recueille 25,5% des voix devant le RN (13,2%). Seule la Seine-et-Marne place le RN en tête (24,3%) devant la liste de Nathalie Loiseau (20,4%). 

Lire aussi

Le cas corse

La Corse a voté pour le Rassemblement national à 27,7%, un score quasiment similaire à celui obtenu par Marine Le Pen en 2017. Les écologistes, soutenus par les nationalistes au pouvoir, se sont classés en deuxième position avec 21,9% des suffrages. Comme l'extrême droite, ils sont arrivés en tête dans de nombreuses communes de l'île, du Cap Corse à son extrémité sud. 

Les rares bastions républicains

On aperçoit clairement sur la carte des zones où Les Républicains sont arrivés en tête, dans le Cantal et la Haute-Loire, fief de Laurent Wauquiez.

Des enclaves écologistes

Beaucoup de taches vertes apparaissent en Corse, les nationalistes ayant apporté leur soutien à la liste de Yannick Jadot, comme écrit plus haut. Des nombreuses zones du sud-est ont également placé en tête la liste écologiste, notamment dans la Drôme, département agricole, premier producteur bio de France.

Vote inédit dans les Outre-mer

Pour la première fois, une majorité de territoires d'outre-mer ont placé le Rassemblement national en tête d'une élection. Le département de Mayotte offre même au parti de Marine Le Pen son meilleur score dans cette élection, avec 45,5%. Ces résultats peuvent s'expliquer par l'immigration clandestine importante, Mayotte subissant l'arrivée massive de clandestins comoriens. Le département a connu un long mouvement social contre l'insécurité au printemps 2018.

Pour les mêmes raisons, la liste de Jordan Bardella s'impose en Guyane (27,4%), touchée par une immigration du Suriname et du Brésil voisins, et un retard économique et social par rapport à la métropole. Le RN s'impose également à La Réunion (31,2%), où il arrive en tête dans toutes les communes. La Guadeloupe, traditionnellement de gauche, a également plébiscité le Rassemblement national (23,7%).

Une percée historique avait déjà été observée en 2017, où le FN avait totalisé le plus grand nombre de voix sur l'ensemble des outre-mer, sans cependant arriver en tête dans un seul d'entre eux.

Seuls trois territoires ultramarins sur onze ont préféré le parti d'Emmanuel Macron. LaREM fait même ses meilleurs scores en Polynésie française (43,3%) et Wallis-et-Futuna (37,1%). 

Carte interactive réalisée par notre partenaire Esri.

Lire et commenter