Ce député PS frondeur qui votera contre le budget du gouvernement

Ce député PS frondeur qui votera contre le budget du gouvernement
Politique
DirectLCI
RÉBELLION - Alors que les députés de l'aile gauche du PS hésitent entre voter ou s'abstenir sur le projet de budget du gouvernement mardi, l'un d'eux va plus loin. Pouria Amirshahi votera contre, nous indique son entourage.

Une voix très dissonante qui risque de semer le trouble au Parti socialiste. Le député PS Pouria Amirshahi s'apprête à voter contre le projet de budget de l'Etat pour 2016 ce mardi à l'Assemblée nationale, a annoncé, peu avant le vote, son entourage à metronews. De ce fait, il va beaucoup plus loin que les simples menaces brandies jusqu'ici par ses camarades frondeurs.

Le député de "l'aile gauche" du PS (qui conteste la ligne politique du Premier ministre Manuel Valls) entend ainsi dénoncer un nouveau budget créant un "déséquilibre scandaleux" entre les mesures "sans contrepartie" au profit des entreprises et les politiques publiques.

"Déguisement démocratique"

Pouria Amirshahi s'était illustré ces derniers jours en dénonçant "une forme de mascarade, de déguisement démocratique qui consiste à s'arranger d'un vote que lorsqu'on est sûr de sa majorité". Il s'exprimait à propos de la baisse des dotations aux collectivités (3,5 milliards d'euros), inscrite dans ce projet de budget.

Le député, qui pourrait être le seul à voter contre le budget, se dissocie ainsi des autres "frondeurs" socialistes qui hésitaient mardi entre un vote "pour" ou une abstention sur le projet du gouvernement. Il s'expose de fait à des sanctions - "il en est conscient", nous précise son entourage - le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, ayant menacé les députés socialistes qui voteraient contre des textes déposés par la majorité.

"Politique sans vision d'avenir"

Dans un communiqué adressé après le vote de cette première partie du budget (277 voix pour, 247 contre, 32 abstentions), le député a confirmé sa position. "Ce budget est en contradiction avec les orientations prônées par le PS lui-même", a-t-il plaidé, fustigeant "un entêtement dans une politique sans vision d'avenir et sans résultat en matière de lutte contre les inégalités et les injustices".

À LIRE AUSSI
>> Vote de confiance : "Valls nous a écoutés, mais nous a-t-il entendus ?"

>> Budget : entre Sarkozy et Hollande, qui a le plus sacrifié la culture ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter