"Ce n'est pas décent pour une nation comme la nôtre" : le plan de Macron contre l'isolement des personnes handicapées

Emmanuel Macron à la Conférence nationale du handicap, le 11 février 2020
Politique

HANDICAP - Le président de la République a présenté mardi 11 février le plan du gouvernement pour améliorer la vie des personnes handicapées. Parmi les pistes avancées : recruter plus d'accompagnants pour permettre à tous les enfants d'être scolarisés, et ouvrir un numéro national unique pour aider les familles à recueillir les informations nécessaires.

"Je veux que cette conférence sonne comme la mobilisation de toute la société." Quinze ans jour pour jour après l'adoption, sous Jacques Chirac, d'une loi majeure pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, Emmanuel Macron a présenté mardi 11 février ses pistes pour améliorer la vie des personnes handicapées.

Lire aussi

• Scolarisation

Le président de la République a affirmé qu'aucun enfant handicapé ne devra se trouver sans solution de scolarisation à la rentrée de septembre. "Nous ne devons jamais nous habituer à ce que des enfants en situation de handicap soient privés de la chance d'aller à l'école, de la joie d'apprendre et du bonheur de tisser des liens", a-t-il déclaré. 

Pour favoriser cela, il propose l'embauche de 11.500 accompagnants d'ici 2022. "Le vrai sujet est qu'on manque d'accompagnants" pour aider ces enfants à l'école. Leur nombre a pourtant progressé de 55.000 en 2017 à 66.000 à la fin de l'année 2020, mais un trop grand nombre d'entre eux travaillent à "temps partiel". Des embauches qui ont pourtant produit leurs effets, le nombre d'enfants en attente d'un accompagnant ayant été "divisé par près de deux" entre 2018 et 2019. Insuffisant pour Emmanuel Macron : "On doit réussir à tomber à zéro".

• Autisme

"Le forfait diagnostic et intervention" de l'autisme sera étendu jusqu'à 12 ans, contre 6 ans actuellement, a annoncé le chef de l'Etat. Cela doit permettre de mieux diagnostiquer la maladie. Il souhaite aussi étendre ce forfait à l'ensemble des "troubles dys" comme la dyslexie, qui "créent de l'échec scolaire".

Emmanuel Macron propose aussi de créer une maison de l'autisme, où les familles auraient accès en un même lieu à toutes les aides et dispositifs existants pour leur venir en aide.

Le 360, numéro unique disponible le 1er janvier prochain

• Un numéro unique

Le 1er janvier prochain, sera mis en place un numéro national unique "dédié à l’accompagnement et à l'accès aux droits de l’ensemble des personnes en situation de handicap". Pour contacter les 400 plateformes dispatchées sur le territoire, il faudra composer le 360. Les appels seront ensuite redistribués. 

• Lutter contre les départs contraints à l'étranger

Actuellement, près de "500 personnes en situation de handicap quittent la France faute de places suffisantes" dans les établissements spécialisés. "Ce n'est pas décent pour une nation comme la nôtre", a regretté Emmanuel Macron. "Je veux que nous nous mobilisions pour faire que d’ici fin 2021 il n’y ait plus aucun départ contraint de personne handicapées vers l’étranger." Pour contribuer à y remédier, un millier de nouvelles places doivent être créées, plus de 2.500 solutions en établissements ou dans des services médico-sociaux. Soit 6.000 places supplémentaires, en comptant celles déjà annoncées pour 2021-2022.

• Plus d'égalité républicaine

Toutes les personnes handicapées doivent pouvoir bénéficier "des mêmes services et du même droit" selon l'endroit où ils habitent. Aujourd'hui ce n'est pas le cas, comme l'a montré le Président. "J’évoquais l’ouverture des droits à vie. Je ne sais pas expliquer qu’ils soient accordés dans 2% des cas dans un département, et 98% dans un autre", a-t-il donné en exemple. "Dans certains départements, il faut 8 mois pour avoir l’allocation adulte handicapé, 2 mois dans d’autres", a-t-il ajouté, assurant que dans le futur "aucune demande ne devra être traitée en plus de 3 mois sur tout le territoire".

Les parents handicapés mieux aidés

• Parentalité

"Je refuse que des parents renoncent à devenir père ou mère en raison de leur handicap", a assuré le président de la République. Pour les aider, il a annoncé que dès le 1er janvier 2021, "l'aide humaine et les aides techniques nécessaires aux parents handicapés d’enfants âgés de 0 à 7 ans sera intégrée à la prestation de compensation du handicap".

• Retraite

"La situation particulière des travailleurs handicapés sera prise en compte, avec la possibilité de partir plus tôt sans décote", a déclaré le président de la République. Il a également assuré que "les congés de proches aidants ouvriront des droits" à la retraite.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent