Ce que Nicolas Sarkozy coûte à la République

Politique

FRAIS - Comme tous les anciens présidents depuis 1985, Nicolas Sarkozy bénéficie d'avantages en nature payés par l'Etat. Le montant de la facture, révélé par Mediapart vendredi, dépasse largement le million d'euros depuis son départ de l'Elysée.

Nicolas Sarkozy coûte cher à la République. Très cher, à en croire Mediapart (lien abonné), qui révèle le détail des sommes engagées par l’État pour l’ancien président, documents à l’appui. Le site d'information estime ce coût à 1,6 million d’euros depuis mai 2012, date de la défaite de Nicolas Sarkozy face à François Hollande.

Dès son départ de l'Élysée, Nicolas Sarkozy s'est installé rue de Miromesnil, dans le 8e arrondissement de Paris. L’État a, depuis, pris en charge l’équipement de ses bureaux en lampes, tables, matériel informatique ou encore téléphones. Et le loyer, de 16.341 euros par mois, soit près de 200.000 euros par an. Sur deux ans et demi (achat du mobilier inclus), l’addition de la rue de Miromesnil dépasserait les 570.000 euros, précise le site, qui souligne en outre que Nicolas Sarkozy roule, depuis, en Citröen C6V6 HDI Exclusive, une voiture haut de gamme dont la facture d’achat de 44.141 euros a été envoyée à l’État.

L'État assume toutes les charges sociales

L’État prend également en charge la rémunération de ses collaborateurs (cinq fonctionnaires de l'Etat mis à disposition et cinq conseillers contractuels) pour 660.000 euros net par an.

D'après le calcul fait par Mediapart, le montant des avantages de Nicolas Sarkozy se chiffre donc, depuis deux ans et demi, à 1,6 million d'euros, "avec un coût encore plus lourd pour l'État, qui assume toutes les charges sociales", est-il précisé. Des avantages dont l'ancien président bénéficie en toute légalité. Depuis 1985, ces avantages sont dus aux aux anciens présidents grâce à une simple lettre signée par le Premier ministre de l'époque, Laurent Fabius.

"Comme Chirac et Giscard"

Il n'empêche, dans le cas présent, la situation peut poser problème. Depuis la fin du mois de novembre , Nicolas Sarkozy a en effet repris les rênes de l’UMP, principal parti d’opposition. Pas question pour autant qu’il abandonne ces avantages généreux, assure sa conseillère en communication, Véronique Waché, qui explique à Mediapart qu’ils lui sont dus : "Il reste ancien président. La circulaire de 1985 s'applique donc, comme pour Chirac et Giscard. Il travaille trois jours par semaine à l'UMP et deux jours rue de Miromesnil." Et de préciser que l’organisation a été dédoublée pour "pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïtés". Pas sûr que cela suffise à faire taire les critiques.

À LIRE AUSSI >> "Je suis Nico", le Tumblr qui se moque de Nicolas Sarkozy

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter