Ce "service militaire" que François Hollande veut remettre au goût du jour

Ce "service militaire" que François Hollande veut remettre au goût du jour

Politique
DirectLCI
INSERTION - Le président de la République a annoncé jeudi son souhait de lancer trois centres dédiés au "service militaire adapté" en métropole. Un dispositif expérimenté en Guyane, a priori avec succès, pour favoriser l'insertion professionnelle des jeunes.

Stupeur à la dernière minute de la conférence de presse de François Hollande. Questionné par une journaliste de France Ô, le président de la République évoque… le retour du service militaire. Vingt ans après son abolition par Jacques Chirac, les jeunes Français devront-ils à nouveau "faire leurs classes" ?

Pas de panique. Le Président ne parlait que du " service militaire adapté ", ou "SMA". Ce dispositif très ancien - il a été créé en 1961 - était jusqu'ici déployé dans les départements d'Outre-mer. Son objectif : recruter des volontaires de 18 à 26 ans en rupture et leur permettre, dans un cadre et une discipline très militaires, d'accéder à des formations qualifiantes desservant une cinquantaine de métiers.

Un dispositif très coûteux

Le SMA, jugé efficace, a été dopé en 2009. Selon le site dédié , près de 6000 Ultramarins en ont bénéficié depuis six ans, avec "un taux de sorties dynamiques" - c’est-à-dire débouchant sur un travail - de 76,3%. L'objectif est de décrocher un CDD de 1 à six mois, puis un CDI, ou à défaut un CDD de plus de six mois.

Seul hic : le SMA coûte très cher, avec une enveloppe globale de 211 millions d'euros pour la seule année 2013, sous la houlette du ministère des Outre-Mer (et non de la Défense). Hors de question, donc, de généraliser ce service militaire. Seuls trois centres seront expérimentés sur le territoire métropolitain, dédiés aux jeunes en décrochage, sur le modèle ultramarin, a expliqué François Hollande jeudi.

"Pas avec nos crédits"

Il y a tout juste deux jours, la ministre des Outre-Mer, George Pau-Langevin, s'était précisément montrée sceptique sur le sujet. "Le SMA est coûteux et difficilement transposable en l'état", avait-elle prévenu sur La 1ere , craignant que l'on rogne sur les moyens de son ministère. "Qu'on mette en place en métropole quelque chose de similaire, d'accord. Mais pas notre outil, pas avec nos crédits !" François Hollande a aimé le concept ? Il ne reste plus qu'à trouver des sous.

LIRE AUSSI
>> La Corée du Nord va rendre le service militaire obligatoire pour les femmes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter